Steevy Boulay à propos de Morandini : « On récolte ce que l’on sème »

Steevy Boulay à propos de Morandini : « On récolte ce que l’on sème »
La téléréalité semble bien loin pour Steevy Boulay. De Loft Story à l'écriture, l'ex lofteur ne chôme pas. Après la radio et le petit écran, le chroniqueur de Laurent Ruquier revient sur son parcours. Un début de carrière assez mouvementé lorsqu'il croise le chemin de Jean-Marc Morandini. Il avoue avoir vécu un véritable enfer.

A 36 ans, Steevy Boulay vient de publier son premier roman intitulé Le devoir avant tout (Editions Libra diffusio). N’en déplaise à ses détracteurs, il prouve qu’il est plein de ressources. Qui l’eut cru ? Un pari osé pour Steevy désormais romancier, animateur radio, comédien… et gérant de discothèque ! Il y a 15 ans, les téléspectateurs le découvraient enfermé dans un loft. Quelques années plus tard, il se découvre une passion pour l’écriture.
L’occasion de se confier au magazine Voici sur ses expériences, ses rencontres et ses aspirations. L’icône emblématique du Loft explique comment lui est venu l’idée d’écrire :

Ca fait quinze ans que je lis un livre par semaine.

Déçu par la fin d’un livre (celui de Krandall Krauss), il s’est alors emparé de la plume et a laissé libre cours à son imagination. Cette carrière dans le monde des lettres, il la doit en partie à son mentor, Laurent Ruquier, avec qui il n’y a  jamais eu le moindre couac. Ce qui ne fut pas le cas sur D8 aux côtés de Jean-Marc Morandini avec  qui Steevy Boulay

a vécu un enfer pendant deux mois et demi.

Ce dernier ne prend pas de gants et tacle Morandini :

Moi, j’ai des prin­cipes de vie qui sont bien ancrés et mani­fes­te­ment nous n’avions pas les mêmes, voilà. J’aime la loyauté et les gens droits et il ne l’a pas été. On récolte ce que l’on sème. Je ne suis pas là pour acca­bler, tant pis pour lui, il a joué avec le feu et il s’est brûlé.

Bonjour l’ambiance. Rappelons que Jean-Marc Morandini a été provisoirement écarté de l’antenne d’Europe 1 et d’Itélé.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :