La publication de photos montrant  Julie Gayet en compagnie de François Hollande à l'Elysée par le magazine people Voici a fait couler beaucoup d'encre. Certains se sont interrogés sur l'auteur des clichés prises à la volée à l'intérieur de l'Elysée. Certains crient au complot en désignant Nicolas Sarkozy comme étant le principal commanditaire de cette expédition commando et parlent d'agents doubles infiltrés. On se croirait presque dans les films de complot américains.   Valérie Trierweiler revient sur cette affaire et soutient le personnel muté suite à ce scandale.

Deux semaines après la publication des photos de Julie Gayet et de Fançois Hollande, les sanctions sont tombés et l'Elysée a fait muter les employés suspectés d'avoir pris les photos de l'actrice et du président de la république à l'Elysée. Chacun a mis du sien et mis la main à la pâte pour trouver l'auteur des clichés. Faute de coupable, cinq personnes ont été affectées au service des appartements privés du président. Des éléments tels que l'angle de vue notamment, prouvent qu'elles n'ont pas pu être prises de l’extérieur du bâtiment. Une personne de confiance a donc trahi François Hollande.

Le verdict est tombé, trop vite peut être, et François Hollande a fait savoir l'Elysée par voie de communiqué que cinq personnes sont mutés. Le Point rapporte que 3 travaillent maintenant auprès des conseillers et visiteurs au restaurant de l'Elysée et  deux sont rattachés à l'appartement des conseillers. Et c'est bien plus qu'une sanction car les cinq supposés fautifs ont perdu 40% de salaire.

Valérie Trierweiler est revenue sur cette affaire qui a ébranlé l'Elysée. Le Point rapporte qu'elle apporte tout son soutien aux  employés mis en cause. Elle va plus loin et déclare :

pour l'un deux, je mettrais ma main à couper. Pour deux autres, ma main. Et pour les derniers, je ne sais pas. Mais je les imagine mal prendre un tel risque.

Des zones d'ombre restent encore en suspens :

les enquêteurs du Château ignorent manifestement que les personnels du service privé de François Hollande n'ont pas accès à ses appartements lorsque Julie Gayet est présente dans les murs

écrit Le Point.

François Hollande a souhaité enterrer cet épisode fâcheux au plus vite, et trop vite ?