Brigitte Bardot: J’en ai plein le c… Ras-le-bol!

Brigitte Bardot: J’en ai plein le c… Ras-le-bol!
Voir le diaporama
1 Photos
Brigitte Bardot
Brigitte Bardot: J’en ai plein le c… Ras-le-bol!
Brigitte Bardot

La machine est bel est bien lancée. Après l’annonce de l’obtention de la nationalité russe par Gérard Depardieu, voici que Brigitte Bardot pourrait être la prochaine à demander son passeport russe.

Dans un communiqué de presse daté du 4 Janvier 2013 et directement publié sur le site de sa fondation, la fervente protectrice des animaux menace de demander la nationalité russe si les deux éléphants du cirque Pinder, Népal et Baby sont euthanasiés comme le prévoit la décision de justice rendue récemment :

Si ceux qui ont le pouvoir ont la lâcheté de l’impudence de tuer les deux éléphants Baby et Népal, malgré les nombreuses propositions envoyées par ma Fondation, reconnue d’utilité publique, pour les sauver et rester lettre morte, j’ai pris la décision de demander la nationalité russe afin de fuire ce pays qui n’est plus qu’un cimetière pour animaux

L’actrice, aujourd’hui en retraite, suit de près le cas et le 2 Janvier le cirque Pinder a demander la suspension de la décision d’euthanasier des deux pachydermes. Les deux éléphants atteint de la tuberculose sont actuellement au zoo de Lyon en attendant la décision finale de leur sort. Et l’affaire fait grand bruit. Une pétition rassemblant quelques 15 000 signatures et demandant leur droit de rester en vie a également été remise aux tribunaux.
Dans le quotidien « Var Matin », BB s’est exprimé plus longuement sur le sujet :

Je suis sérieuse. J’en ai plein le c… Ras-le-bol! Je ne supporte plus ce pays. Depuis Sarkozy et ses promesses non tenues, personne ne répond à mes requêtes

Et quand on lui parle de Vladimir Poutine, elle lui trouve un tas de qualités :

Je lui trouve beaucoup d’humanité, à chaque fois que je lui demande quelque chose, en principe, il me l’accorde ». Ce qui est vrai, Brigitte Bardot a déjà eu à être en contact avec le président dans le cadre de la cause animale et plus précisément suite à l’interdiction du commerce des peaux de phoques du Groenland en Russie. Le président s’était alors montré très coopératif avec la militante.

Plus sur le sujet