#LVDCB2 : Jazz, enceinte, a décidé d’avorter

#LVDCB2 : Jazz, enceinte, a décidé d’avorter
C'est une Jazz très émue qui s'est confiée sur sa grossesse et les raisons qui la poussent à avorter. La candidate de « La Villa des Cœurs Brisés 2 » ne s'attendait pas à devoir prendre une telle décision...

Il y a environ un mois, l’information tombait : Jazz, l’une des candidates de La Villa des Cœurs Brisés 2 et ancienne candidate des Anges 8, attendait un bébé. Cette grossesse non désirée a totalement chamboulé la vie de la jeune femme, qui a expliqué :

Je ne m’y attendais pas du tout. J’allais à l’hôpital très régulièrement pour des problèmes de santé jusqu’à ce que j’apprenne que j’étais enceinte.

Les graves problèmes rénaux de Jazz n’ont pas arrangé les choses. En effet, elle a dû faire un choix crucial : garder l’enfant malgré les risques pour sa santé ou mettre un terme à sa grossesse pour se soigner. Elle précise à Sam Zirah :

Soit je décide de garder ce bébé et dans ce cas, j’ai des risques, moi, d’avoir de gros soucis et qu’il m’arrive quelque chose de grave (…)

Soit c’est l’avortement, comme vous l’aurez compris.

La jeune femme poursuit :

Il n’y a pas moyen de traiter mes reins autrement que par l’opération.

Une opération qui est impossible à réaliser en étant enceinte.

Une interruption médicale de grossesse indispensable pour sa santé

Jazz, enceinte de quatre mois, n’a donc pas vraiment choisi d’avorter mais y est contrainte. Elle explique, en pleurs :

C’est horrible pour moi. Je pense que si je n’avais pas eu ce problème, je n’aurais pas eu un seul doute de garder ce bébé, je l’aurais gardé. Oh oui, quatre mois, formé, on me montre ses pieds, ses doigts, ses jambes… Non c’est pas possible ! Même si je n’étais pas prête à avoir un bébé maintenant, même si je me sens jeune pour assumer ça.

Elle a d’ailleurs d’abord décidé de garder le bébé avant de retomber gravement malade, il y a quelques jours de cela, l’obligeant à prendre cette douloureuse décision.

Jazz subira donc prochainement une interruption médicale de grossesse (qui est pratiquée en France jusqu’au terme de la grossesse) et non une interruption volontaire de grossesse qui est interdite en France une fois le délai légal des trois mois dépassé.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :
Emission(s) liés à cet article :
Hashtag(s) liés à cet article :