Cauet en larmes à la radio après ses propos polémiques sur l’affaire Cécile de Ménibus/Rocco Siffredi

Cauet en larmes à la radio après ses propos polémiques sur l’affaire Cécile de Ménibus/Rocco Siffredi
L'animateur radio Cauet est affecté par la tournure prise par l'une de ses dernières interviews dans laquelle il a donné son avis sur un incident survenu en 2006 entre sa chroniqueuse Cécile de Ménibus et l'acteur porno Rocco Siffredi.

Cauet regrette visiblement son entretien accordé à Puremédias ce 22 novembre dans lequel il a donné son avis sur un incident vieux de plus de dix ans. En 2006, Rocco Siffredi est invité par Cauet sur son émission radio. L’acteur porno se comporte alors mal avec Cécile de Ménibus, l’une des chroniqueuses qui avouera, en mai dernier, qu’il a même tenté de l’embrasser dans les coulisses. Sur le plateau, il l’attrape, l’assoit sur la table et mime un acte sexuel avec elle.

Cauet ne veut plus jamais accorder d’interview

Constamment interrogé sur cette histoire, Cauet révèle alors à Puremédias qu’il pense qu’il ne s’agissait que d’une simple blague de mauvais goût. Lors de l’entretien, il prend même la défense de l’acteur italien. Pour lui, Cécile de Ménibus l’aurait provoqué :

Rocco Siffredi, on le connaît ! On est en direct, Cécile le bouscule un peu, le chauffe un peu […]

Minimisant ses actes, il ajoute :

Ce n’est pas élégant, certes. Mais c’était sous le signe de la blague. Je ne pense pas qu’il pensait mal faire.

Et précise :

J’ai appelé Cécile et je lui ai dit d’arrêter son cirque. Je lui ai dit d’arrêter de ressortir ce truc à chaque fois.

Des propos qui ont fait polémique. Alors, fatigué par toutes ces réactions, l’animateur de Virgin Radio a déclaré à ses auditeurs qu’il n’accordera plus jamais d’interview. Des trémolos dans la voix, il a expliqué cette décision lors de son émission à la radio :

Il me semble que cette inter­view était très claire et depuis, on reprend un petit bout (…) et on le retourne. Ça m’énerve la défor­ma­tion des propos simples que tu peux dire.

Et de poursuivre :

Ce n’est pas la première fois que je fais une inter­view et qu’on me sort un titre qui n’a rien à voir avec l’in­ter­view, Aujourd’hui, tous les sites ont besoin que l’on clique. Je n’ai pas fait ce métier pour ça.

Mieux vaut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler !

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article : , ,