Equipe de France : Bernard Lama s’en prend à ses anciens coéquipiers

Equipe de France : Bernard Lama s’en prend à ses anciens coéquipiers
L’ancien gardien de but de l’équipe de France et du Paris Saint-Germain a tenu des propos sans langue de bois sur ses anciens coéquipiers à l’occasion d’une interview chez nos confrères de "So Foot".

Le gardien Bernard Lama, ancien international et joueur emblématique du PSG dans les années 1990, a accordé un entretien à la rédaction du mensuel So Foot. Le contenu de cette interview fait beaucoup réagir sur la toile.

Âgé de 53 ans, Bernard Lama a été franc avec les journalistes. Ses propos ont choqué de nombreuses personnalités du monde du football français. L’image lisse et solidaire de France 1998 a en effet été quelque peu écornée avec ces révélations. La déroute subie avec l’équipe de France en 1994 – face à la Bulgarie au Parc des Princes avec l’élimination des Bleus à la dernière minute dans les phases de qualifications pour la Coupe du Monde aux Etats-Unis – semble avoir laissé des traces.

Les coéquipiers de Bernard Lama à l’époque et un ancien entraîneur du PSG n’ont pas été épargnés par les déclarations choc du gardien de but phare du club de la capitale dans les années 1990. Le prochain numéro de So Foot, à paraître jeudi 02 mars, risque donc d’être rapidement en rupture de stock.

Bernard Lama règle ses comptes avec ses anciens partenaires

Fabien Barthez, le deuxième gardien de l’équipe de France et le grand rival marseillais de Bernard Lama, n’a pas été épargné dans cet entretien. Pour Bernard Lama, Fabien Barthez n’aurait plus la côte :

C’est un bon soldat ! Il est blanc, pas très intelligent, il ne fait pas trop d’histoires, il a été le chouchou à une époque mais aujourd’hui, on ne l’appelle pas pour parler de football.

La rivalité entre les deux gardiens semble être tenace avec ces propos virulents. Bernard Lama a tenu à rappeler le contexte de l’époque entre les deux joueurs :

Avec Fabien, on s’entendait bien sans être potes. Les gens ont monté ce truc [la rivalité avec Barthez]. Barthez a été un symbole de la lutte anti-Lama : des joueurs voulaient me sortir et des médias ont joué le jeu.

Le PSG : un club de lumières ?

Bernard Lama s’en est également violemment pris à ses anciens coéquipiers du PSG dans cet entretien à So Foot. Les joueurs Marco Simone et Christian Wörns, ainsi que son ex-entraîneur Luis Fernandez n’ont pas été épargnés.

Simone, c’est un gros con qui se la racontait. […] Wörns, c’était un lâche, il était limité et ne savait faire que le marquage individuel.

Selon Lama, Luis Fernandez ne serait pas :

un entraîneur de stabilité [mais] un entraîneur de coupes. C’est quelqu’un qui n’a pas compris où il était. C’était trop haut pour lui. Intellectuellement, il y avait un décalage.

La contre-attaque des anciens du football français

L’ancien joueur Christophe Dugarry, animateur sur RMC, a exprimé son incompréhension et a fait part de son effarement suite à cet interview choc de Bernard Lama accordée à So Foot. Dugarry a notamment estimé que les attaques de l’ancien gardien de but étaient « incompréhensibles ».

Que c’est méchant, tout ça. C’est de la méchanceté gratuite. Tu as l’impression qu’il en a accumulé et qu’il avait besoin de le sortir. C’est qu’il devait être un peu dans un mal-être. […] Il y a peut-être un peu d’aigreur, aussi, de ne pas avoir participé à cette Coupe du monde [la Coupe du Monde 1998].

L’ancien entraîneur du PSG, Luis Fernandez, a tenu à réagir avec humour aux propos virulents de Bernard Lama. Le coach de Bernard Lama à l’époque a publié un message cinglant sur Twitter.

Salut Bernard, à notre grand souvenir!! J’espère que tu n’as pas replongé… Fais gaffe ça fait perdre la mémoire.

Ce message est accompagné d’un lien vers une ancienne publication du quotidien Libération. Cet article de presse n’est pas anodin. Il évoque effectivement un ancien contrôle positif du gardien de but au cannabis en 1997.

Reste à savoir quelles seront les réactions de Bernard Lama suite aux réponses de ses anciens camarades du ballon rond.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :