La rappeur Booba a inspiré un professeur d’une université parisienne. Une de ses déclarations a été le sujet d’un partiel de droit.

Voilà un sujet auquel les étudiants ne devaient pas s’attendre ! Si tous les étudiants tentent d’imaginer les scénarios possibles avant leurs examens, il est peu probable qu’ils aient imaginé que Booba serait au coeur de leur partiel.

En effet, à l’Université Paris Sud, les élèves en première année de droit ont eu le choix entre deux sujets. Le premier des plus classiques, était une dissertation sur le thème « Peut-on vivre sans organisation(s) » . Jusque là rien de frappant.

Mais c’est le second sujet qui a surpris tout monde. Avec ce dernier, les élèves pouvaient se pencher sur un commentaire de texte tiré d’une interview de Booba. L’extrait en question est le suivant :

En France, il faut donner la parole et les rênes à la jeunesse.

De son côté, le rappeur s’est félicité de cette référence sur les réseaux sociaux :

Un bon nombre d’élèves a donc décidé de se laisser tenter par ce sujet surprenant. Jean-Philippe Denis, le professeur, a justifié son choix de sujet :

Je m’intéresse beaucoup à l’industrie du Hip-hop. Globalement, de mon point de vue, elle regorge d’exemples extrêmement intéressants à étudier.

Et le professeur n’en est pas à son coup d’essai. Il s’illustre comme le porte parole d’une nouvelle pédagogie puisqu’il a pour habitude de tirer ses références dans la culture moderne :

Il m’arrive régulièrement d’avoir recours à des exemples contemporains, comme des extraits de la série The Wire, la gestion financière du couple Beyoncé/Jay-z, ou encore d’utiliser le film Un prophète afin d’illustrer des concepts importants dans mon cours.

Et il semblerait que cette technique soit payante :

 À ma grande surprise, c’est la première fois où je n’ai pas de copie blanche !

Espérons maintenant que les résultats des étudiants soient à la hauteur.