Mathieu Kassovitz : Il arrête le cinéma !

Mathieu Kassovitz : Il arrête le cinéma !

Clap de fin pour Mathieu Kassovitz. Actuellement en tête d’affiche de deux films : Un illustre inconnu et Vie Sauvage, le cinéaste confie qu’il pourrait mettre un terme à sa carrière de réalisateur.

L’acteur est connu pour sa marginalité et sa franchise. Une fois de plus, il s’est exprimé sans langue de bois sur sa vision du cinéma actuel et sur sa propre carrière. Le déclic a peut-être eu lieu avec l’échec au box-office du dernier film qu’il a réalisé : L’ordre et la morale en 2011.

Si l’acteur peut se vanter d’avoir réalisé l’un des films les plus emblématiques des années 90, La Haine, il semblerait que ce succès fulgurant pèse dans la balance d’un futur départ du monde du septième art. Oscarisé trois fois en 1995, La Haine avait reçu le prix du meilleur film, du meilleur producteur et du meilleur montage. Une réussite qui pousse désormais le cinéaste vers la sortie :

Les mômes de 15 ans qui découvrent le film aujourd’hui ont la même réaction que ceux qui avaient 15 ans en 95. Je vais arrêter le cinéma parce que je ne pourrai jamais faire mieux que La Haine. J’ai longtemps essayé d’analyser ce succès mais aujourd’hui je suis obligé de baisser les bras.

Ses derniers échecs en tant que réalisateur ne l’encouragent donc pas à repasser derrière la caméra. Un coup dur pour celui pour qui la réalisation était une passion :

Mon vrai travail, ma passion, c’est d’être réali­sa­teur. Mais là, je sors d’une période où je n’étais pas trop inspiré, j’ai été à Los Angeles cher­cher des projets, ça n’a rien donné…

L’acteur profite également de ce moment de bilan pour analyser la société d’aujourd’hui et l’évolution du monde du cinéma. Un tournant du septième art qui ne semble pas du tout lui convenir :

Si La Haine sortait aujourd’hui, il n’aurait pas le même succès. L’époque n’est plus la même, on a Youtube, les chaines d’infos en continu, c’est difficile de faire entendre un message. Est-ce que ça sert encore à quelque chose de jeter un pavé dans la mare ? L’ordre et la morale n’est pas nominé aux Césars, qu’est-ce qu’il faut en conclure ? Que vous ne voulez pas de ce cinéma-là ? Que vous ne voulez plus de films politiques et combattants ? On est en France, merde, le pays qui a accueilli Costa Gavras ! Si vous voulez tuer cette idée du cinéma, alors, oui, allez vous faire enculer avec vos films de merde.

Mais à 47 ans, l’acteur et réalisateur semble avoir atteint ses limites. Il ne se voit plus évoluer dans un milieu où il n’est plus lui-même. Il cherche même des excuses au public français :

Ils se lèvent le matin, ils voient la merde ambiante, ils n’ont pas envie d’al­ler au cinéma le soir pour se prendre une claque dans la gueule. Ils préfèrent voir Aven­gers et je les comprends.

Mais si sa carrière de réalisateur s’avère être de plus en plus compromise, il n’en sera peut-être pas de même pour sa carrière d’acteur. Mathieu Kassovitz se fait rare au cinéma, un choix assumé qu’il prend le temps de justifier :

Si je joue peu, c’est parce que j’ai quand même besoin d’être secoué par un script, d’avoir la certitude que les spectateurs vont cogiter ne serait-ce que dix minutes en sortant de la salle.

Le réalisateur a donc perdu ses illusions et ses idéaux. On ne devrait pas le revoir diriger un film de si tôt, à moins que le public ne puisse faire quelque chose :

Faudrait vraiment qu’il y ait une pétition signée par beaucoup de gens pour me donner envie de revenir. Je ne suis pas un génie. J’ai mes limites. Alors, aidez-moi.

L’acteur sera dès le 19 novembre prochain à l’affiche d’Un illustre inconnu, un lot de consolation pour les fans de l’acteur.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :