Pourquoi Didier Raoult n’a pas peur de l’Ordre des médecins

Pourquoi Didier Raoult n’a pas peur de l’Ordre des médecins
La guerre est déclarée entre Didier Raoult et l'Ordre des médecins. Mais le professeur marseillais ne tremble pas. Il n'a pas tardé à répliquer.

Son nom est actuellement sur toutes les lèvres. Le médecin marseillais Didier Raoult est devenu une véritable célébrité en raison de la pandémie de COVID-19.  Celui qui affirme pouvoir soigner les personnes atteintes du coronavirus grâce à la chloroquine, a même eu le droit à un appel puis à une visite d’Emmanuel Macron. Mais entre lui et certains de ses pairs, le torchon brûle.

Didier Raoult réagit de façon cinglante

Au cours des dernières semaines, il a laissé peu de monde indifférent. Attirant les critiques, tout comme les louanges, il a aussi fait l’objet de menaces de mort. Mais alors qu’il a récemment évoqué la disparition possible du virus, le danger vient pour lui de ses pairs.

En effet, l’Ordre des médecins a émis un communiqué très ferme le 23 avril dernier.

Le Conseil national de l’Ordre des médecins rappelle fermement à l’ensemble des médecins qu’en cette période de vulnérabilité particulière et face à l’inquiétude de nos concitoyens, leur parole prend un sens encore plus important. Il serait inadmissible dans ce contexte de susciter de faux espoirs de guérison.

Plus avant dans le document, l’Ordre des médecins n’hésite pas à agiter la menace d’une suspension pour ceux qui feraient usage de « traitements non validés scientifiquement » mettant en danger la vie des patients. Si le nom de Didier Raoult n’est pas mis en avant, impossible de ne pas y saisir une allusion alors que sa méthode fait polémique.

Mais, dimanche 26 avril 2020, Didier Raoult a botté en touche, estimant qu’il n’était pas concerné par l’affaire.

Ce décret autorise en effet la prescription de l’hydroxychloroquine, mais dans des conditions réglementées. Didier Raoult assure suivre la réglementation. Pas sûr que cela suffise à calmer ses détracteurs.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :