Affaire Abitbol : Une autre patineuse témoigne

Affaire Abitbol : Une autre patineuse témoigne
Le monde du patinage artistique s'écroule de jour en jour. Après les accusations de Sarah Abitbol, c'est au tour de Nancy Sohie de parler.

Cela fait quelques mois que le monde du patinage artistique s’écroule sous les accusations de viols. Tout commençait par les témoignages de Sarah Abitbol.

Violée par son entraineur, l’ancienne patineuse dénonçait les violences sexuelles dont elle a été victime, entre ses 15 et ses 17 ans. Si elle a mis du temps à parler des faits, elle explique tout aujourd’hui au travers de son livre Un si long silence, publié en fin janvier. Ses accusations qui avaient révolté le monde du sport.

C’est pourquoi 54 sportifs de haut niveau avaient décidé de s’unir et d’écrire une lettre ouverte. Un moyen pour eux de montrer leur soutien mais aussi de briser le silence, persuadés que nombreuses victimes n’avaient pas encore osé parler. Il s’avère que cela n’a pas été vain. En effet, poussée par les témoignages de Sarah Abitbol, une autre championne décide de briser le silence. 

Nancy Sohie sort du silence et témoigne

L’ancienne patineuse Nancy Sohie, sacrée championne de France en 1973, décide de parler plus de trente ans après les faits.

En effet, l’ex-championne, âgée aujourd’hui de 52 ans, parle des viols dont elle a été victime de la part de son entraineur, Jacques Mrozek, alors qu’elle était mineure.

En effet, déjà passionnée par le patinage artistique, elle est très vite repérée par Jacques Mrozek. A l’époque c’est un homme qu’elle admire et en qui elle a confiance.

Interrogée par le journal L’Equipe, Nancy Sohie explique sa terrible histoire avec celui qu’elle admirait :

Il m’invitait souvent dans sa caravane pour écouter de la musique. C’est là que l’approche a commencé. Il a commencé à m’embrasser. J’avais 14 ans. Moi, j’étais amoureuse. Je l’ai alors vécu comme une histoire d’amour mais une histoire cachée que je ne pouvais raconter. J’ai eu mon premier rapport avec lui à 14 ans et demi. Le 17 août 1982, il avait alors 32 ans.

Aujourd’hui même si Jacques Mrozek nie les faits, l’affaire est à suivre.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :