Quand Patrick Poivre d’Arvor incitait Tristane Banon à porter plainte contre DSK

Quand Patrick Poivre d’Arvor incitait Tristane Banon à porter plainte contre DSK
Tristane Banon s'est récemment exprimée sur le plateau de "Quotidien" dans le cadre de la sortie d'un reportage sur DSK... A cette occasion, l'écrivaine a fait des confidences surprenantes sur PPDA qui l'aurait poussée, à l'époque, à porter plainte contre l'homme politique.

Depuis quelques jours, l’affaire autour de Patrick Poivre d’Arvor prend une ampleur importante. En effet, 20 femmes ont accepté de témoigner, pour certaines à visage découvert, dans une émission spéciale organisée par Mediapart. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les témoignages de ces femmes sont forts et poignants. Ces dernières sont revenues en détail sur les violences sexuelles infligées par Patrick Poivre d’Arvor.

Ce mercredi 11 mai 2022, l’émission 21h médias sur TMC a décidé de revenir sur une autre affaire qui a grandement fait polémique il y a quelques années : l’affaire DSK. Souvenez-vous, en mai 2011, l’homme politique était arrêté par la police new-yorkaise pour agression sexuelle. Très rapidement, les langues se sont déliées en France et des révélations autour du comportement problématique de DSK envers les femmes ont fait surface.

Tristane Banon raconte son échange avec PPDA

Tristane Banon est l’une des premières à avoir alerté les médias au sujet du comportement de DSK. En effet, après avoir été victime d’une agression sexuelle de la part de l’homme politique en 2003, celle-ci s’était confiée à ce sujet dans l’émission télévisée 93, faubourg Saint-Honoré diffusée en 2007. A l’époque, les révélations de Tristane Banon n’avaient pas beaucoup fait parler. Avec l’affaire Nafissatou Diallo, les révélations de l’écrivaine ont donc refait surface.

Le 4 juillet 2011, l’avocat de Tristane Banon a annoncé que cette dernière avait décidé de porter plainte contre DSK pour tentative de viol. Finalement, au mois d’octobre 2011, le parquet de Paris a classé la plainte sans suite estimant ne pas avoir de preuves suffisantes. Néanmoins, cela n’empêche pas l’écrivaine de continuer à prendre la parole dans les médias au nom des femmes victimes de violences sexuelles.

Ce mercredi 11 mai 2022, à l’occasion d’un documentaire diffusé sur TMC au sujet de l’affaire DSK, Tristane Banon a ainsi été invitée sur le plateau de Quotidien. L’occasion pour elle de faire une révélation surprenante sur PPDA qui est actuellement accusé par plusieurs femmes de viols et d’agressions sexuelles. L’écrivaine affirme que dès 2003, elle avait informé le présentateur de cette tentative de viol. Celui-ci l’aurait incitée à dénoncer publiquement l’homme politique. PPDA aurait même averti plusieurs journalistes, à l’époque, des faits en question :

C’est assez dingue, parce que c’est même lui qui m’a dit qu’il fallait absolument faire connaître ces faits, que cet homme risquait d’être un jour président de la République et qu’on ne pouvait pas admettre qu’un potentiel président de la République soit un criminel sexuel. Et c’est lui qui le premier a parlé à des journalistes de ce qui m’était arrivé. C’est comme ça que j’ai été contactée par des journalistes la toute première fois.

Et celle-ci d’ajouter :

C’est vrai que quand on sait ce qui s’en est suivi dans sa vie à lui, c’est assez dingue. (…) Pour moi, je ne vous le cache pas, c’est très compliqué.

Quand Patrick Poivre d'Arvor incitait Tristane Banon à porter plainte contre DSK
Tristane Banon fait des révélations surprenantes au sujet de PPDA @BestImage

PPDA porte plainte

Visé par plusieurs plaintes, PPDA a décidé de se défendre. En effet, on a récemment appris que l’ancienne star de TF1 avait décidé de porter plainte pour dénonciation calomnieuse contre 16 femmes qui l’accusent de violences sexuelles. Selon les femmes visées par cette plainte, ceci est un nouveau moyen, pour le journaliste, de faire taire les victimes. Tristane Banon s’est d’ailleurs exprimée à ce sujet sur le plateau de Quotidien :

Je n’aurais pas porté plainte à sa place. Je pense qu’il ne faut pas pousser sa chance. Si je dois faire un parallèle, je ne parlais pas aux médias et puis il y a eu cette interview de DSK chez Claire Chazal. Cette interview où il a menti, où il a été rarement contrarié et là, j’ai vu rouge. Et là, j’ai dit, à ce moment-là : ‘Moi aussi je vais parler’.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article : ,