Emmanuel Macron giflé : Damien Tarel est sorti de prison « Je n’ai aucun regret »

Emmanuel Macron giflé : Damien Tarel est sorti de prison « Je n’ai aucun regret »
Emprisonné après avoir giflé Emmanuel Macron au mois de juin dernier, Damien Tarel a été libéré ce samedi 11 septembre 2021. Nos confrères de BFMTV ont recueilli ses premières impressions.

Condamné à 18 mois de prison, dont quatre mois ferme, Damien Tarel est sorti du centre pénitentiaire où il purgeait sa peine, ce samedi 11 septembre 2021. Cet homme âgé de 28 ans avait provoqué l’indignation générale de la classe politique en giflant Emmanuel Macron. Un geste qu’il ne regrette pas.

Damien Tarel n’a « aucun regret »

En effet, à peine sorti de prison, Damien Tarel a confié, au micro de BFM TV :

Je n’ai aucun regret.

Le jeune homme a également révélé avoir reçu « beaucoup de lettres de soutien » quand il était en prison. Des lettres qui lui ont permis de tenir pendant ces quatre de mois où il a été incarcéré. Désormais libre à nouveau, il n’exclut pas cette fois-ci de manifester… contre le pass sanitaire.

Sécurité renforcée autour d’Emmanuel Macron

Au mois de juin dernier, alors qu’il était en déplacement officiel dans la Drôme, Emmanuel Macron avait tenu à s’approcher de la foule afin de la saluer. Damien Tarel en avait alors profité pour se rapprocher du président de la République… et le gifler. Une agression dont les images ont fait le tour de la toile et qui ont été très commentées.

Emmanuel Macron confiait à l’époque au micro de BFM TV :

La vraie violence, ce n’est pas ça. La vraie violence c’est celle que subissent les femmes qui meurent sous les coups de leurs compagnons, encore trop.

Et d’ajouter :

C’est la violence que subissent celles et ceux qui rentrent chez eux et sont agressés, ça c’est la vraie violence, celle contre laquelle je veux que l’on continue de se battre.

Emmanuel Macron sur Tik Tok et Instagram : Ce détail qui surprend
Emmanuel Macron @Pool New

Depuis, la sécurité a été renforcée, comme ce fut le cas lors du déplacement du chef de l’Etat à Marseille. Bernard Montiel confiait alors sur le plateau de Touche pas à mon poste :

C’est le préfet qui est en charge de cela et personne ne veut prendre la responsabilité. Tout le monde le protège au maximum.

Eh oui, personne ne souhaite qu’un tel incident se produise une nouvelle fois.

Plus sur le sujet