Nabilla Benattia évoque ses rapports houleux avec la presse : « J’ai eu envie de mourir »

Nabilla Benattia évoque ses rapports houleux avec la presse : « J’ai eu envie de mourir »
À l'occasion du lancement de son docu-réalité, "Nabila sans filtre", sur Prime Video le 26 novembre prochain, Nabilla Benattia est revenue sur sa relation avec les médias. Notamment au début de sa carrière, lorsqu'elle faisait les choux gras de la presse people.

Nabilla Benattia a parcouru bien du chemin depuis ses débuts dans la télé-réalité. C’est en 2013 qu’elle crève l’écran sur NRJ12 dans Les Anges 5, grâce à sa fameuse réplique « Allo, non mais allo quoi ! ». Elle connaît ensuite une ascension fulgurante et aura même l’occasion de défiler pour Jean-Paul Gaultier et de faire la couverture du magazine Vogue.

Cependant, elle se laissera griser par les excès de la célébrité et passera même par la case prison après avoir poignardé son mari, Thomas Vergara, au cours d’une violente dispute. Ce qui lui a valu un véritable harcèlement médiatique. Une période sombre sur laquelle la brunette a bien voulu revenir lors d’un entretien accordé à Télé-Loisirs.

Nabilla et Thomas Vergara
Nabilla et Thomas Vergara @ DR

« J’ai eu envie de mourir »

Dans l’un des épisodes de son docu-réalité qui sera diffusé à partir du 26 novembre 2021, sur Prime Video, Nabilla a avoué avoir beaucoup souffert du traitement qu’elle a subi par la presse, prête à tout pour dénicher des scoops la concernant :

Franchement, à un certain moment, j’en avais marre. Je n’en pouvais plus de cet acharnement. J’ai eu envie de mourir.

A-t-elle déclaré à Télé-Loisirs. Et de se souvenir :

Tous les jours, il y avait des nouveaux articles sur moi. Avec de nouvelles rumeurs dégradantes. Je coupais mon téléphone, mais dès que je sortais, je voyais les couvertures des magazines. Dès que j’allumais ma télé, j’entendais mon prénom. On m’inventait une vie, des choses que je n’avais pas faites.

Nabilla a également raconté qu’une couverture d’un célèbre magazine people l’avait complètement « anéantie » :

Un journaliste de ce magazine a appelé mon père à son travail. Ils ont titré en couverture une chose qu’il n’avait jamais dite. Ils avaient titré « J’ai honte de ma fille ». À 20 ans, voir ça, alors que tu n’as pas vu ton père depuis dix ans, ça t’anéantit. C’est dans ces moments-là que j’ai pensé à mourir…

Après le divorce de ses parents, lorsqu’elle avait 13 ans, Nabilla a en effet longtemps entretenu des relations conflictuelles avec son père. Heureusement, les tensions se sont désormais apaisées et Khoutir Benattia a même récemment fait le voyage jusqu’à Dubaï pour rencontrer son petit-fils.

Nabilla a pris de la bouteille

Maintenant qu’elle fait partie des influenceuses les plus suivies de France, avec plus de six millions d’abonnés, la maman du petit Milann a appris à mieux gérer son image. La jeune femme de 29 ans a expliqué que ses rapports avec les médias s’étaient grandement améliorés :

Aujourd’hui, les gens sont hyper bienveillants et respectueux avec moi. Quand je suis en promo, j’aime bien faire le tour des plateaux télé. Ça me permet de donner mon avis sur l’actualité, d’échanger avec des journalistes.

Près de dix ans après s’être fait connaître, Nabilla Benattia a aussi fait comprendre qu’elle n’était plus une oie blanche et n’avait plus l’intention de se laisser ridiculiser à l’antenne :

J’ai aussi plus de facilité à remettre les gens à leur place aujourd’hui. J’ai acquis plus d’expérience. À l’époque, j’étais l’agneau dans la bergerie. C’était : « Viens on l’invite et on lui tape dessus… ».

Nabilla Benattia
Nabilla Benattia @ Instagram

Les journalistes sont prévenus ! Quant à vous, allez-vous regarder ce nouveau programme qui retrace l’évolution de Nabilla Benattia ? Si oui, rendez-vous le 26 novembre prochain sur Prime Video !

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :