Roman Polanski : une avant-première de « J’accuse » annulée en raison d’une manifestation

Roman Polanski : une avant-première de « J’accuse » annulée en raison d’une manifestation
Alors que Roman Polanski est ciblé par une nouvelle accusation de viol, la promotion de son film "J'accuse" a viré au désastre. Tandis que le casting refuse de s'exprimer dans les médias, un cinéma parisien a été contraint d'annuler une avant-première en raison de la mobilisation de militantes féministes.

À quelques jours de la sortie de J’accuse, le nouveau film de Roman Polanski, le réalisateur a une nouvelle fois fait l’objet d’une accusation de viol. Le 9 novembre dernier, la photographe et journaliste Valentine Monnier témoignait pour Le Parisien, pour des faits qui se seraient déroulés en 1975, en Suisse. L’ancienne mannequin était alors âgée de 18 ans.

Des accusations qui s’ajoutent à celles de quatre autre femmes, et qui ont eu un impact immédiat sur la promotion du nouveau long-métrage du cinéaste. Alors que les acteurs principaux ont annulé leur venue sur des plateaux télévisés, un rassemblement contre le réalisateur a eu lieu à Paris, provoquant l’annulation d’une avant-première.

Des militantes féministes réunies contre Roman Polanski

Dans la soirée du mardi 12 novembre, le cinéma Le Champo, situé dans le cinquième arrondissement de Paris, organisait l’une des avant-premières de J’accuse. Avant la projection, une trentaine de militantes féministes se sont réunies devant l’établissement, en scandant notamment :

Polanski violeur, cinémas coupables, public complice.

Selon le journaliste Charles Baudry, cité par BFMTV, des personnes manifestant contre la précarité étudiante devant le Crous se sont également joints au groupe. Sur Twitter, Romain Jeanticou, journaliste pour Telerama, a de son côté partagé les images des tensions entre les spectateurs et les militantes :

La projection ainsi que le débat annoncé avec Louis Garrel ont finalement été annulés. Roman Polanski n’était pas sur place, et se trouvait à l’UGC Normandie, sur les Champs-Elysées, où se déroulait l’avant-première officielle du long-métrage.

Malgré la polémique autour de Roman Polanski, J’accuse a su trouver son public pour son premier jour d’exploitation. Lors du traditionnel comptage des entrées de la séance de neuf heures aux Halles, le film était largement en tête par rapport aux autres sorties de la semaine. Après la publication du témoignage de Valentine Monnier, le cinéaste a nié les accusations de la journaliste, et préparerait actuellement sa riposte.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :