Loana hospitalisée: son état jugé « grave »

Loana hospitalisée: son état jugé « grave »
L’inquiétude est à son comble depuis le terrible incident survenu mardi 7 octobre à proximité du domicile parisien de Loana. Transférée en soirée de l’hôpital Bichat vers un établissement psychiatrique, l’état de la star de téléréalité est qualifié de « grave ».

Comment se porte Loana ? C’est la question que tout le monde se pose après que la gagnante de Loft Story soit apparue errante à proximité de son domicile. Désorientée et sous l’emprise de substances illicites, la jeune femme de 43 ans a rapidement été appréhendée par la police puis les pompiers.

Admise dans un établissement « secret »

Conduite à l’hôpital Bichat dans le 18e arrondissement, elle a très rapidement été transférée vers un établissement psychiatrique spécialisé dont nous ne pouvons vous révéler le nom pour d’évidentes raisons de sécurité.

« En fauteuil roulant, à demi consciente »

Une source anonyme nous a glissé :

Loana est arrivée en fauteuil roulant à moitié consciente. Elle va très mal, son état est jugé « grave » selon les médecins avec lesquels j’ai pu m’entretenir. Peu après son admission, de puissants tranquillisants ont été administrés à Loana. A son réveil ce matin, mercredi 07 octobre, elle ignorait où elle se trouvait et pour quelles raisons elle avait été conduite à l’hôpital.

Sa famille toujours absente

Toujours selon cette même source, nous avons appris que les médecins ont placé l’ex-candidate de téléréalité à l’isolement sur un lit à contentions pour éviter qu’elle ne puisse s’infliger des blessures. Pour le moment, la jeune femme de 43 ans n’est pas autorisée à recevoir de visites ou d’appels téléphoniques. A l’heure où nous écrivons ces lignes, aucun membre de sa famille ne s’est rendu à son chevet. La durée de son hospitalisation demeure indéterminée.

Loana, en péril imminent ?

Combien de temps Loana pourrait-elle rester sous observation ? Pour en savoir plus, nous avons posé la question au psychiatre hospitalier Yves Edel.

Les hospitalisations par contrainte sont très encadrées par la loi française. On a probablement demandé à quelqu’un de son entourage de faire une demande de tiers, ou alors, le psychiatre qui l’a vue aux urgences a jugé qu’elle était en « péril imminent ».

Un certificat médial immédiat

Dans ce type d’hospitalisations, le patient doit subir plusieurs examens très encadrés par la loi française.

Cela suppose qu’il y ait un examen médical aux urgences ou éventuellement une intervention de la police. Si le psychiatre de la structure qui l’accueille a estimé qu’elle n’était pas en mesure de pouvoir donner son consentement à une hospitalisation et que sa sécurité était en danger, il a donc exigé une signature de tiers, se portant garant comme personne de confiance. Cette demande doit être accompagnée d’un « certificat médical immédiat ».

Une intervention du juge dans onze jours !

Les prochains jours devraient être déterminants quant à la poursuite ou non de l’hospitalisation de Loana.

Dans les 24 heures suivantes, un autre psychiatre doit réaliser un deuxième certificat attestant que le premier est justifié annulant ainsi le premier. Onze jours après, un juge viendra vérifier la légalité de l’ensemble de cette procédure.

Compte tenu de son état, Loana devrait donc rester sous étroite surveillance et seuls des professionnels de santé pourront prendre les décisions qui s’imposent.

Ce qui fera durer l’hospitalisation, c’est la gravité de l’état psychique de l’intéressée et sa capacité à reprendre le dessus. Par délégation du Ministère de l’Intérieur, le psychiatre a une fonction de sécurité et de surveillance lorsqu’un individu ne peut plus donner son consentement par un examen médical ou une observation aux urgences.

 

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :