Violences faites aux femmes : Angelina Jolie en larmes devant le Congrès américain

Violences faites aux femmes : Angelina Jolie en larmes devant le Congrès américain
Angelina Jolie vient de prendre la parole au Congrès américain concernant les violences faites aux femmes. L'actrice a livré un témoignage puissant et émouvant. On vous raconte tout par ici.

Angelina Jolie fait assurément partie des actrices les plus engagées de sa génération. Cela fait des années que la star soutient diverses causes humanitaires, partout à travers le monde. L’ex-épouse de Brad Pitt est notamment connue pour son engagement en faveur des réfugiés avec le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Mais s’il y a bien un sujet qui la touche particulièrement, c’est celui des violences intrafamiliales.

C’est pour cette raison qu’Angelina Jolie est venue s’exprimer au Congrès américain ce mercredi 9 février 2022. Accompagnée de plusieurs élus, l’actrice a récité un texte qui permettra de fournir aux victimes une assistance médicale et juridique et d’aider les enfants qui ont été exposés à ces violences.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Angelina Jolie (@angelinajolie)

Angelina Jolie livre un message fort

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le discours prononcé par Angelina Jolie s’est révélé fort et puissant :

Me tenant ici, au cœur du pouvoir de notre pays, je ne peux m’empêcher de penser à toutes celles et ceux que leurs agresseurs ont fait se sentir sans pouvoir, du fait d’un système qui a échoué à les protéger. Beaucoup de gens ont du mal à quitter des environnements toxiques parce qu’on leur a fait croire qu’ils étaient bons à rien, sans valeur.

Selon la comédienne, les violences domestiques sont de plus en plus présentes dans les foyers américains :

Entre quatre et sept enfants meurent chaque jour aux Etats-Unis de négligence ou maltraitance. 800 enfants ont été tués par un parent depuis 2018. (…) L’horrible vérité est que la violence dans les foyers s’est normalisée dans notre pays.

La loi contre les violences faites aux femmes, en anglais « Violence Against Women Act » a été modifiée à plusieurs reprises depuis son adoption en 1994. Grâce au soutien des deux partis politiques, plusieurs versions amendées ont ainsi été approuvées.

On sait d’ores et déjà que ce nouveau texte a également été approuvé par les deux partis. Joe Biden, le président américain a « applaudi » la présentation de cette nouvelle version. Quant à l’élue républicaine Joni Ernst, celle-ci a affirmé être soulagée par les modifications apportées au texte, ayant elle-même était victime de violences domestiques par le passé.

Angelina Jolie met en cause Brad Pitt

Si ce sujet touche particulièrement Angelina Jolie, c’est parce qu’elle affirme, elle-même, avoir été victime de violences domestiques. En effet, au moment du divorce avec Brad Pitt, l’actrice l’a accusé de violences conjugales. Cette dernière affirme même avoir la preuve de ces violences. De son côté, l’acteur nie fermement les faits. Mais ce n’est pas tout. Angelina Jolie a également déclaré que son ex-mari aurait frappé intentionnellement leur fils Maddox qui était âgé de 15 ans à l’époque.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :