Tony Yoka destitué de son titre aux Jeux olympiques pour corruption ?

Tony Yoka destitué de son titre aux Jeux olympiques pour corruption ?
Plusieurs combats de boxe aux Jeux de Rio de 2016 auraient été truqués d'après un rapport de Richard McLarent. Le boxeur Tony Yoka aurait notamment bénéficié d'un arbitrage suspect.

Depuis quelques années maintenant, une enquête est menée sur la corruption dans le monde de la boxe. Celle-ci a pris une drôle de tournure ces dernières heures, puisque Tony Yoka a été cité plusieurs fois. Champion olympique à Rio en 2016, le boxeur français serait visé et son titre pourrait lui être retiré. Explications.

Une enquête sur la corruption dans le monde de la boxe

C’est une information qui a fait du bruit ces dernières heures. Selon les dires de The Guardian ou du Daily Mail, une enquête pour corruption est sur le point d’éclater et d’éclabousser un nombre considérable d’acteurs majeurs de ce sport. Et d’après ce que nous savons, il existe plusieurs irrégularités lors du tournoi des Jeux olympiques qui se dont déroulés en 2016. Il semblerait que près de dix combats soient soupçonnés d’avoir été manipulés par les juges.

Mais celui qui nous intéresse plus particulièrement est la finale des poids lourds. En effet, il concernerait un Français : Tony Yoka. Pour rappel, le boxeur avait gagné sa rencontre face à l’Anglais Joe Joyce sur le score de 2-1, après la décision des juges. Selon The Guardian, le résultat du combat est susceptible d’être inversé. Ainsi, le tricolore pourrait perdre sa médaille d’or au profit du boxeur anglais.

La France dans le viseur

L’enquête laisserait entendre que deux pays ont été favorisés par les juges lors des Jeux olympiques de Rio en 2016. Il s’agit de la France et de l’Ouzbékistan. Evidemment, dans cette sombre affaire, le nom de Tony Yoka n’est pas directement cité. En revanche, celui de Karim Bouzidi, oui. Ce dernier était le directeur exécutif de l’Association internationale de boxe amateur à l’époque et aurait supervisé la corruption en orientant la décision des juges en fonction des rencontres.

Pour le moment, Tony Yoka n’a pas encore réagi à ces accusations de corruption. Mais on devrait en apprendre un peu plus ce vendredi 1er octobre. En effet, d’après nos informations, le professeur Richard McLaren, a l’origine de cette enquête, tiendra une conférence de presse dans la journée, du côté de Lausanne. Affaire à suivre.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :