Laeticia Hallyday dans « un couple à trois » : « Ce n’est pas facile »

Laeticia Hallyday dans « un couple à trois » : « Ce n’est pas facile »
C'est devant les caméras de "Sept à huit" que Laeticia Hallyday est revenue sur le combat de Johnny Hallyday contre la maladie, mais également sa nouvelle vie, sans le rockeur.

Depuis la mort de Johnny Hallyday, Laeticia Hallyday se fait rare à la télévision. La veuve du rockeur a toutefois accepté de répondre aux questions de Sept à huit, le temps d’un entretien diffusé ce dimanche 18 octobre 2020.

« Ca a été trois années difficiles »

Ainsi, la maman de Jade et Joy n’a pas hésité à évoquer sa nouvelle vie sans Johnny Hallyday. Laeticia Hallyday ne s’en cache pas, ces dernières années ont été particulièrement difficiles :

Je vais bien. Je suis dans la vie aujourd’hui. Ca a été trois années difficiles, un deuil compliqué, vertigineux. Je crois qu’il n’y a pas de remède pour faire son deuil. Le plus compliqué ça a été de reconstruire une vie sans lui. Je l’ai rencontré, j’étais une gamine. Je n’aurais jamais soupçonné rencontrer l’amour à 19 ans. (…) J’ai perdu mes repères, je ne savais plus comment survivre, comment respirer, être debout.

« La place de Johnny est toujours bien présente »

Mais la veuve de Johnny Hallyday a fini par retrouver le sourire… et l’amour. Cela fait un an maintenant qu’elle est en couple avec le restaurateur parisien Pascal Balland. Une idylle pas toujours simple à gérer. Et pour cause : alors que son chéri réside à Paris, Laeticia Hallyday, elle, vit à Los Angeles. Mais la distance n’a pas été la seule épreuve à gérer. Non, l’ombre de Johnny plane toujours sur eux. En effet, la maman de Jade et Joy avoue :

J’ai eu beaucoup de mal au départ. C’est très difficile d’apprendre à aimer. On a l’impression de tromper son mari, qu’on ne sera pas capable d’aimer à nouveau, qu’un autre homme vous touche ou d’ouvrir son coeur à ce nouvel homme. Cela paraît tellement compliqué parce que le manque reste abyssal.

Et d’ajouter :

J’ai l’impression que Johnny est toujours là. C’est courageux pour un homme qui est dans ma vie aujourd’hui. La place de Johnny est toujours bien présente. Ce n’est pas facile. On est souvent un couple à trois.

« J’ai demandé à ce qu’on ne lui dise pas »

Difficile donc pour elle d’écrire un nouveau chapitre de sa vie. D’ailleurs, si Laeticia Hallyday s’est confiée sur sa nouvelle vie, elle est également revenue sur les derniers mois de Johnny, et plus particulièrement sur son combat contre le cancer. La veuve du rockeur avoue avoir caché à son regretté mari une information capitale lorsque les médecins ont découvert qu’il avait un cancer.

Laeticia Hallyday se souvient :

On me dit qu’il en a pour trois mois donc à ce moment-là tout s’écroule (…) J’ai passé la nuit à l’hôpital avec lui et il m’a dit : ‘Dis-moi ce que c’est. Est-ce que je vais mourir ? Est-ce que je vais crever ?’ Et je ne pouvais pas lui dire, ce n’était pas le moment, ni à moi de le faire.

Et de continuer :

J’ai demandé à ce qu’on ne lui dise pas et j’ai eu raison. Je ne regrette pas aujourd’hui parce que le combat a duré 15 mois et je crois qu’il n’aurait pas duré aussi longtemps si on lui avait dit la vérité.

« Il leur a laissé le plus bel héritage »

Johnny Hallyday s’est battu comme un lion face à la maladie. Un combat qui a duré 15 mois. 15 mois au cours desquels Laeticia Hallyday est toujours restée à ses côtés :

On s’est fait beaucoup de promesses et on a parlé de cette vie sans lui.

L’avenir de leurs deux filles, Jade et Joy a ainsi été évoqué. Laeticia Hallyday confie que le rockeur voulait que ses deux fillettes soient élevées « dans l’amour et dans le souvenir de leur papa« . Une promesse qu’elle ne manque pas de tenir tous les jours :

Elles ont besoin de le faire vivre tous les jours en écoutant sa musique, en continuant d’écrire des petits mots qu’elles posent encore sur son oreiller, en continuant d’avoir un lien avec lui, comme des âmes liées.

Et de conclure :

Il leur a laissé le plus bel héritage, ce sont les souvenirs.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :