Jeremstar : Un journaliste l’ayant cyber-harcelé condamné à de la prison ferme

Jeremstar : Un journaliste l’ayant cyber-harcelé condamné à de la prison ferme
Alors que Jeremstar vient d’être innocenté dans le Jeremstargate, voilà qu’une autre bonne nouvelle vient de tomber pour lui. Un journaliste l’ayant cyber-harcelé a été condamné à de la prison ferme.

C’est une bonne nouvelle de plus qui doit fortement soulager Jeremstar. Le youtubeur, rendu célèbre pour ses interviews de célébrités issues de la télé-réalité, a dû subir de plein fouet une grosse tempête en 2018.

A l’époque, le blogueur Aqababe avait affirmé que Pascal Cardonna, ami proche de Jeremstar, utilisait la notoriété de celui-ci pour approcher des mineurs et leur soutirer des services sexuels. Les rumeurs avaient ensuite affirmé que Jeremstar était au courant de ce réseau et qu’il avait aidé son ami sciemment. Le 16 juin 2021, il a été totalement innocenté dans cette affaire.

Jeremstar cyber-harcelé

Mais alors que l’enquête était encore en cours, en juin 2020, Jeremstar avait pris la parole pour informer de l’existence de nouvelles rumeurs répandues à son sujet :

Alors que je m’apprêtais à participer à la nouvelle saison de Fort Boyard, la production m’a informé que plusieurs personnes qui me diffament et me harcèlent depuis plusieurs semaines, motivées par l’argent, les avaient contactés pour leur raconter des choses infâmes à mon sujet.

Jeremstar avait alors décidé de porter plainte contre ces personnes. Et notamment contre Olivier Porri Santoro pour des faits de « harcèlement au moyen d’un support numérique, propos ou comportements répétés ayant pour effet une dégradation des conditions de vie ».

Le journaliste s’étant en effet déchaîné, notamment sur Twitter et avait, selon Nice-Matin, déversé un « tombereau d’injures et de diffamations » à l’encontre du blogueur.

Le journaliste a défendu sa version

Et Jérémy Gisclon de son vrai nom vient d’obtenir totalement gain de cause. Olivier Porri Santoro vient en effet d’être condamné à douze mois de prison dont quatre ferme et 6000 euros de dommages et intérêts.

Jeremstar @VISUAL Press Agency
Jeremstar @VISUAL Press Agency

Le journaliste compte faire appel de cette sentence et a déclaré lors de son procès :

J’ai essayé d’attirer la lumière sur mon travail. C’est mon travail qui me fait vivre. C’est une enquête sérieuse. Je n’en ai pas honte. Mon travail est de dire la vérité, que cela plaise ou non.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :