Dylan Thiry : son gros mensonge pour éviter un supposé « guet-apens » de Booba

Dylan Thiry : son gros mensonge pour éviter un supposé « guet-apens » de Booba
Dylan Thiry devait se rendre à Miami afin d'organiser son match de boxe avec Booba. Mais persuadé d'être la cible d'un guet-apens, il a préféré lâcher un gros mensonge... avant de s'expliquer !

Après avoir perdu son combat contre Benjamin Samat à Marseille, Dylan Thiry prépare déjà sa revanche. En attendant, le candidat de télé-réalité se consacre à son prochain match de boxe contre Booba. Cet événement sans précédent pourrait avoir lieu au mois de décembre prochain. Afin de préparer au mieux cette rencontre au sommet, les deux hommes s’étaient donné rendez-vous à Miami.

Mais l’influenceur a eu peur. Pris de panique, l’ex de Fidji Ruiz a préféré fournir au duc de Boulogne de faux certificats indiquant qu’il souffrait du Covid et ne pouvait donc honorer ses engagements. Évidemment, le rappeur a compris la supercherie et a forcé le jeune homme à lui fournir des explications.

De faux documents aussitôt démasqués

À quelques heures de prendre son vol pour Miami, Dylan Thiry aurait eu peur. Afin de sauver la face, l’influenceur aurait fourni des documents indiquant qu’il souffrait du Covid. Mais il est difficile de duper Booba. Sur Twitter, l’artiste n’a pas hésite à afficher son rival en dévoilant des erreurs dans les certificats falsifiés. Furieux, le rappeur n’a pas hésité à inviter l’influenceur à « rester à Dubaï » et à se faire « une assiette de caca halal ». En effet, il n’est plus obligatoire de présenter des tests covid négatifs pour entrer sur le sol américain.

@Instagram
@Twitter

Un piège à son arrivée ?

Pris la main dans le sac, Dylan Thiry a tenu à se justifier. Sans complexe, l’influenceur a confié qu’il n’avait pu dire la vérité afin de « donner l’exemple ». Après avoir précisé qu’il avait eu « des signes d’Allah » afin de le prévenir d’un danger, le jeune homme explique qu’il aurait reçu la veille un appel d’un proche de Booba. Cet homme lui aurait indiqué que « des mecs chauds de 40 ans, payés et prêts à tout pour Booba » l’attendaient sur place afin de le frapper. Persuadé qu’un « guet-apens » l’attendait outre-Atlantique, il a préféré trouver un prétexte pour « éviter les problèmes ».

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :