Christophe Dechavanne et Laurent Ruquier accusés de « violences psychologiques »

Christophe Dechavanne et Laurent Ruquier accusés de « violences psychologiques »
Voir le diaporama
1 Photos
brouillon-auto
Christophe Dechavanne et Laurent Ruquier accusés de « violences psychologiques »
brouillon-auto

Voilà une vieille blague qui vient de refaire surface et est plutôt embarrassante pour Christophe Dechavanne et Laurent Ruquier. Une artiste vient d'accuser les deux animateurs de "violences psychologiques".

Ce n’est un secret pour personne, Christophe Dechavanne et Laurent Ruquier sont plutôt du genre taquin. Toujours prêts à s’esclaffer face caméra, les deux animateurs font néanmoins peut-être la grimace alors qu’ils sont inquiétés par la justice pour une mauvaise blague qui date de 2017.

Il y a trois ans, Laurent Ruquier s’était ouvertement moqué de Ludivine Valandro, une artiste née homme devenu femme.

Des moqueries inacceptables

Sosie de Cristina Cordula, l’artiste de 51 ans monte régulièrement sur scène pour mettre en avant leur ressemblance. Une profession qui a été sévèrement critiquée par l’animateur au micro de RTL. Invitée ce jour-là de l’émission Les Grosses Têtes, la présentatrice des Reines du Shopping n’avait pas été épargnée par les blagues salaces du compagnon de Benoît Petitjean. N’ayant visiblement pas le même humour, la présentatrice de Cousu Main avait répliqué :

C’est un travesti, c’est grotesque.

Ce qui n’a pas empêché Laurent Ruquier d’en remettre une couche :

Si ça se trouve, y en a qui ont passé la nuit avec elle, y a peut-être 15 mecs qui se disent : « Je me suis tapé Cristina Cordula ! ».

Présent lui aussi autour de la table, Christophe Dechavanne a alors rebondi, provoquant l’hilarité de l’assistance :

Et qui se disent qu’elle a quand même une grosse b*te !

Des remarques qui passent mal

Cet échange n’a pas du tout fait rire Ludivine Valandro. Le 2 octobre dernier, elle a donc porté plainte contre Christophe Dechavanne et Laurent Ruquier, pour « violences psychologiques« .

D’après l’imitatrice vocale et visuelle, cette séquence l’aurait humiliée et lui aurait fait perdre 40% de ses revenus. En colère, elle a balancé via des propos rapportés par Le Parisien :

Ça m’a fait énormément de mal, je me suis sentie humiliée, d’autant que la vidéo a été mise sur les réseaux sociaux. Retour de mon bégaiement, peur de sortir seule, perte de contrats alors que le sosie de Cristina représentait 40% de mon activité au cours de laquelle on ne m’avait jamais traité de travelo.

Un coming-out forcé

Selon Ludivine Valandro, Christophe Dechavanne et Laurent Ruquier seraient responsables de son « coming-out forcé« , qui lui a valu nombre d’insultes et la mise à dos d’une partie de sa famille. Ses avocats Mes Gilles-Jean et Jean-Hubert Portejoie ont déclaré :

Notre cliente est désormais marquée du sceau de la transphobie. Cette violence psychologique a encore des retentissements chez elle.

 

Ludivine Valandro avait demandé « une sorte de droit de réponse », qui est resté sans suite. Soucieuse de faire rétablir la justice, elle exige que les animateurs soient jugés et payent pour leurs propos :

Aujourd’hui, alors que la vidéo est toujours en ligne, je veux qu’ils soient condamnés.

Laurent Ruquier n’a pour l’instant pas fait de commentaires quant à la polémique, contrairement à Christophe Dechavanne, qui a présenté ses excuses. Ce dernier a réagi dans les colonnes du Parisien et s’est défendu de toute attaque transphobe :

Si cette personne, dont j’ignorais qu’elle avait été un homme, a été blessée ce jour-là par des propos, dont les miens, j’en suis profondément navré. C’est une évidence, je ne me serais jamais permis de dire cela en connaissance de cause.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article : ,