Afida Turner tacle violemment Loana : « À un moment donné, il faut être une grande fille »

Afida Turner tacle violemment Loana : « À un moment donné, il faut être une grande fille »
Afida Turner a accordé une interview à VL Média dans laquelle elle évoque ses projets sans oublier d'égratigner sévèrement Loana qu'elle juge quelque peu irresponsable.

De retour de Dubaï, Afida Turner a accordé un long entretien à VL. Si elle a laissé éclater sa colère contre les confinements mondiaux et la gestion chaotique de la crise du Covid-19, elle s’est confiée également sur ses projets professionnels et ses désirs pour l’avenir. Interrogée par nos confrères au sujet de Loana, elle n’a pas été tendre avec l’ex-lofteuse à qui elle reproche son manque de volonté et de discernement.

Afida Turner accable Loana

Interrogée au sujet de Loana et de ses récents déboires, la quadragénaire a réagi avec son franc-parler légendaire. Après avoir confié qu’elle n’était « pas une assistante sociale », elle a avoué que l’ancienne gagnante de Loft Story avait été plutôt gâtée par la vie et qu’on lui avait « tout amené sur un plateau ».

Enfin, elle a  déclaré que la maman de Mindy était responsable de ce qu’elle vivait aujourd’hui. « Si elle a décidé de se défoncer et d’accuser quelqu’un… tout le monde connaît ses accoutumances ! A un moment donné, il faut être une grande fille, sortir, faire du sport », a-t-elle lancé, beaucoup moins compatissante qu’à une époque.

Il y a quelques mois, la belle-fille de Tina Turner avait conseillé à Loana de « consulter un psychiatre » sans plus attendre.

Présente pour les 20 ans du Loft ?

Si elle ne sera pas à Paris pour les 20 ans de Loft Story,  la chanteuse participera cependant aux festivités à sa manière. Elle a, en effet, accordé une longue interview qui sera diffusée sur TMC le 7 avril prochain.

Victimes de violences ?

Questionnée au sujet des violences faites aux femmes, Afida Turner a été pour le moins radicale. Si elle avoue qu’il est primordial que les femmes puissent dénoncer leurs agresseurs lorsqu’elles sont emprisonnées dans des « relations toxiques », elle avoue que les scènes de ménage sont inévitables et qu’il n’est pas toujours utile de dénoncer son conjoint à la police :

Crois-moi, quand tu te prends une vraie claque dans la gueule par ton mec, tu n’appelles pas la police (rires). Je parle en connaissance de cause.

Des propos qui laissent songeur.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :