Alix Desmoineaux : Elle a dû signer un pacte avec la police promettant de ne plus mal parler d’eux

Alix Desmoineaux : Elle a dû signer un pacte avec la police promettant de ne plus mal parler d’eux
Voir le diaporama
1 Photos
Alix Desmoineaux lorsqu’elle était avec Benjamin Samat @Instagram
Alix Desmoineaux : Elle a dû signer un pacte avec la police promettant de ne plus mal parler d’eux
Alix Desmoineaux lorsqu’elle était avec Benjamin Samat @Instagram

Alix Desmoineaux lorsqu'elle était avec Benjamin Samat @Instagram

L’ancienne candidate de télé-réalité Alix Desmoineaux a raconté à Society comment elle avait été contrainte de signer un papier l’engageant à "ne plus parler mal" de la police.

Elle s’est livrée comme jamais à Society. Alix Desmoineaux, ancienne candidate de télé-réalité est devenue célèbre grâce à la manière dont elle a géré la tromperie de son ancien petit-ami, Benjamin Samat. Son franc-parler, ses punchlines, son absence de superficialité ont plu à un large nombre.

Revenue ensuite dans Les Princes et Princesses de l’amour, la jeune femme a montré une autre facette d’elle-même, colérique, brisée par la rupture de cette confiance qu’elle avait placée en Benjamin Samat.

Alix Desmoineaux lorsqu'elle était avec Benjamin Samat @Instagram
Alix Desmoineaux lorsqu’elle était avec Benjamin Samat @Instagram

Elle est d’ailleurs repartie célibataire de l’aventure, ne parvenant pas à faire confiance assez à un homme pour lui donner une chance. Depuis, elle a annoncé ne plus vouloir faire de télé-réalité et trace désormais sa route comme influenceuse.

Alix Desmoineaux, une femme engagée

Mais ce qui la distingue des autres personnes de son milieu, ce sont ses engagements nombreux, en faveur des Ouïghours par exemple ou encore contre les violences policières. La jeune femme suivie par 2 millions de personnes, se sert de cette communauté pour relayer des pétitions ou vidéos de violences afin d’alerter.

Mais en mai 2020, Alix Desmoineaux va peut-être trop loin. Elle filme en story Instagram le contrôle d’identité effectué par des policier sur un jeune homme noir et lance :

C’est fou, hein, de ne contrôler toujours que des Noirs et des Arabes, bande de fils de p*tes !

L’affaire a ensuite pros de sacrées proportions puisque Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat policier SGP-FO, s’est insurgée sur Twitter, en appelant à Christophe Castaner, alors ministre de l’Intérieur.

Un combat qui continue

L’influenceuse a raconté avoir ensuite reçu une convocation pour « outrage et incitation à la haine ». Elle a donc obéi à la convocation et a rencontré des membres des forces de l’ordre qui l’ont avertie qu’elle paierait une forte amende si elle tenait à nouveau de temps propos. Alix Desmoineaux a aussi dû signer un papier l’engageant à « ne plus mal parler » de la police.

Depuis, plus de prises de parole aussi tonitruantes sur les réseaux mais la jeune femme poursuit son combat puisqu’elle a par exemple réalisé un live avec Arié Alimi, avocat spécialiste d’affaires sur les violences policières.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :