Tom Cruise

Depuis son divorce d’avec l’héroïne de Dawson, Tom Cruise est à la merci de la presse américaine. 

Face à l’adversité, Tom Cruise affronte les épreuves les unes après les autres. Sur médiatisation, effets d’annonces, traques, … la presse américaine n’a de cesse de relater les faits et gestes de l’acteur. Allant même jusqu’à enquêter sur son passé. Ainsi, la vie du couple, de l’ex couple, est passée au crible fin.

Dernièrement, c’est un article paru le 11 juillet dans The National Enquirer qui a mis le feu aux poudres. En effet, le tabloïd titre « La maison de l’horreur ». Dans ce dernier, l’acteur américain Tom Cruise y est décrit comme un « monstre » et apparaît comme un mari ayant « maltraité » son épouse. Pis il y apparaîtrait comme un père violent : sa fille Suri aurait été contrainte de séjourner dans « une petite pièce sans fenêtre pendant cinq mois » dans leur maison de Telluride dans le Colorado d’après l’article en question.

Diffamation crient haut et fort les avocats de Tom Cruise

« c’est la une la plus diffamatoire que The Enquirer ait jamais faite (…) Tom Cruise n’est certainement pas un monstre. C’est un père attentionné, un acteur assidu et, surtout, un homme honnête et convenable ».

Pour défendre les intérêts et redorer l’honneur de l’acteur de cette infamie, une armada d’avocats  se tient prête à attaquer. Pour l’un de ses avocats, Maître Bert Fields, cette couverture de magazine, scandaleuse et épouvantable, pourrait leur coûter des centaines de millions de dollars de dommages professionnels et personnels.

Nous en saurons peut-être plus les prochains jours sur cette affaire. Pour l’heure, l’acteur semble avoir de nouveau rendez-vous avec la justice.