Testament de Johnny Hallyday : Jean-Claude Camus s’exprime à son tour sur l’affaire

Testament de Johnny Hallyday : Jean-Claude Camus s’exprime à son tour sur l’affaire

De nombreuses personnalités se sont exprimées sur la bataille médiatique qui secoue actuellement le clan Hallyday. Alors que la plupart a apporté son soutien aux deux aînés déshérités, d’autres ont tenu à défendre la veuve de Johnny Hallyday attaquée de toute part.

C’est par courrier que Laura Smet et David Hallyday ont appris qu’ils étaient déshérités par leur père. Le dernier testament du Taulier datait de 2014 mais le rocker n’en avait pas informé ses enfants. Et pour cause. Selon un ancien collaborateur qui s’est confié à Gala, l’idole des jeunes avait un peu de mal à gérer ses affaires familiales :

Si Johnny démon­­trait un grand courage concer­­nant ses choix de carrière, il était en revanche inca­­pable d’en faire preuve chez lui, pour être tranquille.

 

Jean-Claude Camus a lui aussi fait part de son point de vue sur l’affaire Hallyday. L’ancien producteur historique de la star était convié sur le plateau de l’émission de RTL-ITV C’est Pas Tous les Jours Dimanche. Christophe Deborsu l’a donc invité à s’exprimer sur la contestation de Laura Smet et David Hallyday concernant le testament de leur père. Jean-Claude Camus a d’abord tenu a affirmer qu’il ne souhaitait pas faire de commentaires :

Je suis attristé de voir tout ce déballage médiatique. C’est une question qui doit être réglée en famille. J’invite les gens à respecter la mémoire de Johnny.

« On n’imposait rien à Johnny »

Jean-Claude Camus et Johnny Hallyday ont collaboré pendant de nombreuses années, avant que Læticia ne fasse le ménage dans le cercle des proches de son époux. Brouillés pendant quelques années, ils se sont réconciliés peu de temps avant la mort de l’artiste. Le producteur évoque un homme « extrêmement sensible » et qui « avait tendance à s’attacher rapidement à des gens« .

Johnny c’est une star. Et une star n’a pas les mêmes réflexes et les mêmes sensibilités que nous nous pouvons avoir. Ils n’ont pas les mêmes réactions que nous. On est toujours surpris par ce qu’ils peuvent penser ou faire (…) Johnny n’était pas capricieux. Il avait des errements de temps en temps mais ce n’était pas du style des stars américaines de l’époque qui demandait que l’on change la couleur de leur loge à leur arrivée.

 

Sans vouloir apporter un quelconque jugement sur l’affaire en cours, l’invité a néanmoins donné son avis sur Læticia Hallyday :

Bien sûr qu’elle avait une place prépondérante. Mais il l’a vraiment aimée. Elle lui a apporté une vraie vie de famille qu’il n’avait jamais eue. Læticia l’a sorti tout doucement de ses errements, de ses abus, de tout ce qu’il pouvait faire (…) Je l’ai vu en mars dernier à Los Angeles. J’étais très étonné de voir Johnny avec sa fille sur les genoux, à se faire des câlins.

 

Une dernière anecdote du producteur révèle que la bataille judiciaire qui s’annonce n’aurait pas lieu d’être :

On n’imposait rien à Johnny. Bien des années avant qu’il ne disparaisse, quand j’étais en charge de ses affaires, je lui avais suggéré de créer une fondation pour gérer son image. Il m’a répondu « Pas besoin de fondation. Ce sera Læticia ».

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :
Emission(s) liés à cet article :