Patrice Evra évoque ses années dans la rue : « Je n’ai pas peur de dire que j’ai demandé l’aumône »

Patrice Evra évoque ses années dans la rue : « Je n’ai pas peur de dire que j’ai demandé l’aumône »
Dans une interview accordée au magazine GQ, le footballeur Patrice Evra a confié qu’il avait été contraint de faire la manche durant ses jeunes années.

Footballeur international ayant évolué dans les plus prestigieuses équipes, Patrice Evra, 38 ans, est aujourd’hui à la retraite. Lors d’un entretien accordé au magazine GQ, le sportif s’est confié sur une période douloureuse de sa vie qu’il n’avait jamais évoquée jusque-là : la rue. Enfant, la star du ballon rond, réputée pour ses frasques, il a connu l’errance et la faim :

Vivre dans les rues de Paris n’a pas été facile. J’avais beaucoup de frères et sœurs. Mon frère, Dominique a travaillé chez McDo, je le rejoignais pendant la pause et on partageait un peu de nourriture.

Explique-t-il, avant de préciser qu’il avait été contraint de faire la manche :

Je n’ai pas peur de dire que j’ai demandé l’aumône. Je me suis tenu devant les magasins pour demander des pièces aux passants.

Témoigner pour donner l’exemple

Patrice Evra précise au magazine qu’il a accepté de lever le voile sur cette période de son existence pour prouver aux jeunes qu’il y avait une issue aux situations les plus désespérées :

Mon passé a fait de moi l’homme que je suis aujourd’hui. Dans la rue, j’ai appris à être fort. Je ne cherche pas à être aimé en disant ça. Je veux juste motiver les enfants à ne jamais abandonner, quoi qu’il arrive. C’est tout.

Avoue-t-il avec courage.

Une famille nombreuse

En juillet 2019, le footballeur avait dévoilé au Figaro quelques détails sur sa famille ainsi que sur sa volonté de venir en aide aux plus démunis :

Je viens d’une famille très nombreuse avec 24 frères et sœurs, plus de 75 neveux, je connais cette notion de partage et d’entraide. J’ai deux orphelinats au Sénégal, avec plus de 400 enfants. Quand j’ai fait cette vidéo en France ou je donnais aux sans-abri à manger, les gens ont mal interprété que je montre cela, mais quel besoin j’aurais de m’amuser à faire cela ? Ça m’a choqué de voir ces réactions. Mon message était clair. Que les autres joueurs ou gens fortunés fassent des efforts avec ceux qui sont dans le besoin.

Des propos qui prennent désormais tout leur sens.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :