PPDA « un peu lourd avec les nanas » : Jean-Pierre Pernaut réagit aux nouveaux témoignages

PPDA « un peu lourd avec les nanas » : Jean-Pierre Pernaut réagit aux nouveaux témoignages
Jean-Pierre Pernaut a longtemps travaillé pour TF1 où il a notamment croisé Patrick Poivre d'Arvor pendant de nombreuses années. Ainsi, alors que PPDA est accusé d'agressions sexuelles, son ancien collègue n'a pas échappé aux questions sur l'affaire.

Après avoir porté plainte contre Patrick Poivre d’Arvor, huit femmes ont décidé de témoigner à visage découvert dans les colonnes de Libération. Toutes accusent l’ancien présentateur vedette du Journal Télévisé de TF1 d’agressions sexuelles et même de viols pour certaines.

« Je n’ai pas eu connaissance de ces faits »

Des témoignages glaçants et sur lesquels Jean-Pierre Pernaut a été invité à réagir. C’est au micro de l’émission Culture Médias sur Europe 1, que le mari de Nathalie Marquay s’est exprimé. Ainsi, le journaliste a confié :

Je sais que PPDA était un peu lourd avec les nanas, elles en parlaient de temps en temps en riant. C’est la seule chose dont je peux témoigner, c’est ce que j’ai vu.

« Tout le monde est au courant et personne n’a conscience de rien’, confie dans Libération Cécile Delarue, journaliste et autrice, qui est l’une des huit plaignantes. Jean-Pierre Pernaut affirme pour sa part :

Je n’ai pas à avoir d’opinion sur Patrick Poivre d’Arvor. J’ai partagé ma vie professionnelle avec PPDA pendant vingt ans. Et pendant vingt ans, je n’ai jamais entendu parler de ces choses-là. Mais je n’ai pas défendu PPDA.

Et d’ajouter :

Je les lis, je les regarde. Mais je n’ai pas eu connaissance de ces faits quand j’ai partagé ma vie professionnelle avec Patrick.

Jean-Pierre Pernaut en couple avec Nathalie Marquay : une autre femme vit chez eux !
Jean-Pierre Pernaut @TF1

La mise au point de Jean-Pierre Pernaut

Le journaliste a toutefois tenu à apporter une précision :

J’avais lu un témoignage disant que les filles avaient peur de monter avec lui dans un ascenseur, mais pas de bol il ne prenait jamais l’ascenseur, il montait à pied. Ce n’était pas lui, c’était un homme politique dont les femmes avaient peur.

Patrick Poivre d’Arvor a lui aussi réagi à ces témoignages. C’est via une lettre écrite que le journaliste a rappelé que l’enquête préliminaire avait « donné lieu à une décision de justice qui m’a été favorable ». En effet, l’affaire a été classée sans suite au mois de juin dernier, à cause de la prescription. Mais les présumées victimes ont décidé malgré tout de ne pas se taire…

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article : ,