Marlène Schiappa menacée de mort sur la toile : « J’accuse Twitter… »

Marlène Schiappa menacée de mort sur la toile : « J’accuse Twitter… »
Marlène Schiappa est une personnalité politique qui ne fait pas l’unanimité. Elle peut d’ailleurs le voir quotidiennement sur la toile, elle qui reçoit de nombreuses menaces de mort.

Il faut avoir les épaules solides pour se lancer dans une carrière politique. En effet, difficile pour un membre du gouvernement de satisfaire tous les citoyens français quand on touche à des sujets souvent très sensibles.

C’est notamment le cas de Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté. Très présente sur les plateaux de télévision, celle qui officie sous le gouvernement d’Emmanuel Macron a droit à de nombreuses critiques mais pas uniquement…

Marlène Schiappa : Elle pourrait tout à fait voter pour Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle 2022
Marlène Schiappa @Bruno Levy

Des centaines de menaces de mort par jour

C’est ce mardi 8 juin 2021 que Marlène Schiappa a pu prendre la parole face à Jean-Jacques Bourdin sur BFM. L’occasion pour la politicienne de revenir sur la dangerosité que peuvent représenter les réseaux sociaux.

Elle a, pour appuyer son propos, évoqué son cas personnel, elle qui recevrait alors « des centaines de fois par jour » des menaces de mort. Quotidiennement, Marlène Schiappa aurait aussi droit à « des insultes, des injures ».

Je crois qu’il y a une dangerosité du débat public où on va directement à la menace de mort et les réseaux sociaux ont une immense responsabilité.

Twitter pointé du doigt par Marlène Schiappa

C’est avant tout au réseau social Twitter qu’a décidé de s’en prendre Marlène Schiappa :

J’accuse Twitter de ne pas en faire assez contre la haine en ligne.

Elle compare alors Twitter à Facebook qui, de son côté, ferait, selon elle, « un travail engagé sur ce sujet ». Elle souligne d’ailleurs le fait que Pharos, la plateforme d’harmonisation, d’analyse, de recoupement et d’orientation des signalements permettant de signaler un contenu suspect ou illicite, a été renforcée par le ministre de l’Intérieur.

Moi je crois au dialogue, je crois à l’état de droit. Je pense que la réponse à tout ne peut pas être la menace de mort.

a-t-elle déclaré, bien décidée à mettre un terme à ce fléau.

Qu’en pensez-vous ?

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :