Jean-Michel Blanquer : Il s’inquiète de Squid Game et de ses effets sur les écoliers !

Jean-Michel Blanquer : Il s’inquiète de Squid Game et de ses effets sur les écoliers !
Le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer a une crainte en ce moment, celle que l’engouement autour de Squid Game ne provoque des imitations dangereuses dans la cour de l’école.

Quand il n’est pas inquiet vis-à-vis de l’idéologie woke, Jean-Michel Blanquer a une crainte ultime, Squid Game. Au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC/BFMTV le 14 octobre, le ministre de l’Education a évoqué la série coréenne qui fait en ce moment un véritable tabac sur Netflix.

En effet, l’engouement est tel autour de la série qu’il provoque des imitations dans les cours de récréation. Ainsi, en Belgique, les élèves d’une école ont eux aussi organisé des jeux où les perdants subissaient un châtiment violent. En l’occurrence, ils étaient fouettés jusqu’au sang.

Jean-Michel Blanquer : Sa surprenante réponse à ceux qui demandent la fermeture des écoles
Jean-Michel Blanquer
@PHOTOPQR/LE PARISIEN/Arnaud Journois

« Les enfants ne doivent pas abuser des écrans »

Des imitations qui tourmentent beaucoup Jean-Michel Blanquer :

De façon générale, les jeux dangereux m’inquiètent, évidemment. Tous les phénomènes qui sont des dangers pour nos enfants et notre jeunesse m’inquiètent. Il s’agit d’une série coréenne où les perdants des jeux sont tués. Ça provoque parfois des imitations dans les cours d’école. Le phénomène n’a pas pris une ampleur trop grande, mais il existe quand même. On est très attentif. Tout cela nécessite une vigilance de tous. Je m’adresse aux parents en particulier. Il faut être très attentif. Les enfants ne doivent pas abuser des écrans et [il faut faire] attention à ce qu’ils regardent.

Jean-Michel Blanquer s’interroge sur le contrôle parental

Squid Game a en effet beau être interdit aux moins de 16 ans, il semble que la série ait réussi à être visionnée par des enfants bien plus jeunes que ça. A tel point que l’Education nationale a dû faire circuler auprès des directeurs départementaux un document interne.

Et ce, pour sensibiliser les établissements scolaires à prêter attention à ce phénomène et à surveiller leurs élèves pour éviter tout dérapage violent.

Jean-Michel Blanquer s’est aussi interrogé sur le contrôle parental et ses méthodes :

Comment, dans cette société technologique ultraconnectée, on peut éviter les influences néfastes et avoir une éducation positive ? Ça suppose que les parents soient en attention plus forte pour leurs enfants.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :