Emmanuel Macron tient ses ministres par la menace « Je suis à sa disposition pour recevoir sa lettre de démission »

Emmanuel Macron tient ses ministres par la menace « Je suis à sa disposition pour recevoir sa lettre de démission »
Le président de la République, Emmanuel Macron, ne décolère pas face à la gestion de la crise du coronavirus. Afin d’éviter les bourdes, il a fortement limité les personnes au gouvernement autorisées à en parler.

Décidément, de bout en bout, la réponse gouvernementale française au coronavirus (Emmanuel Macron en tête) aura été décriée. D’abord pour les masques qui ont tardé à parvenir, notamment aux personnels de santé. Puis pour le laisser-faire durant l’été et enfin désormais, pour la campagne de vaccination. Celle-ci, qui a débuté en décembre, place la France bien loin des pays performants.

La campagne s’ouvre poussivement au grand public. Mais elle n’a pour l’instant même pas atteint le demi-million de Français vaccinés fin janvier 2021.

Emmanuel Macron fortement agacé

Et cette lenteur a le don d’exaspérer le président de la République. Emmanuel Macron a donc déjà poussé plusieurs coups de gueule, certains destinés à être repris par la presse et donc connus du grand public afin de bien montrer que cette absence d’efficacité n’était pas du fait et au goût du président.

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron @AFP

D’autres étaient strictement destinés à rester au sein de l’assemblée qui les a vus être prononcés. Mais ils se retrouvent tout de même sur le devant de la scène.

Une menace claire

C’est le cas notamment pour cette sortie menaçante réalisée lors du Conseil des ministres le 13 janvier. Emmanuel Macron a ainsi déclaré, au sujet de qui était en droit de communiquer sur le coronavirus au sein de l’exécutif :

Outre le Premier ministre, trois membres du gouvernement seulement sont autorisés à parler de la vaccination : le ministre de la Santé [Olivier Véran], la ministre déléguée à l’Industrie [Agnès Pannier-Runacher] et le porte-parole [Gabriel Attal].

C’est Sud-Ouest qui rapporte cette information. La journal a également écrit la menace même pas voilée que le président Emmanuel Macron aurait adressé à ceux qui outrepassent cette règle :

Si j’en entends un autre en parler dans les médias, je suis à sa disposition pour recevoir sa lettre de démission.

Au moins, comme ça, il risque de ne plus y avoir de couacs à répétition au sein du gouvernement !

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :