Eminem : après s’en être pris à Donald Trump, le rappeur a été convoqué par les services secrets

Eminem : après s’en être pris à Donald Trump, le rappeur a été convoqué par les services secrets
Eminem déteste Donald Trump et l'a déjà fait savoir dans plusieurs morceaux. Le rappeur a d'ailleurs dû s'expliquer devant les services secrets sur ses paroles crues à l'égard du président américain.

Eminem n’a jamais caché son aversion pour l’actuel président des États-Unis. Fin 2017, dans un freestyle intitulé The Storm réalisé pour la cérémonie des BET Awards, le rappeur de 47 ans avait longuement fustigé Donald Trump.

Dans ce morceau de plus de quatre minutes, l’interprète de Lose Yourself concluait sur un message on ne peut plus clair :

Nous aimons notre armée et nous aimons notre pays, mais p*****, nous détestons Trump.

La même année, dans le morceau Framed tiré de l’album Revival, Eminem attaquait Donald Trump mais aussi sa fille Ivanka, avec son sens de la provocation aiguisé :

Qu’est-ce qu’Ivanka Trump fait dans le coffre de ma voiture / En plus je me sens responsable de cette petite blonde idiote / Fille de ce ce salaud qu’on a jeté dans l’étang / Deuxième meurtre sans le moindre souvenir

Des paroles particulièrement explicites qui n’ont pas manqué d’attirer l’attention du milliardaire de 73 ans. Donald Trump a d’ailleurs tenu à faire savoir au rappeur que ses propos étaient parvenus à ses oreilles, en employant les grands moyens.

« Il m’a envoyé les services secrets pour me rencontrer en personne »

Le site Buzzfeed vient de confirmer que les services secrets ont convoqué Eminem il y a quelques mois. Dénoncé par mail par un employé de TMZ, le rappeur a dû s’expliquer sur sur ses paroles à propos du 45e président des États-Unis.

L’an dernier, l’interprète de Without Me avait déjà expliqué avoir rencontré les renseignements américains sur l’album Kamikaze. Dans le titre The Ringer, Eminem lâchait :

Parce que l’Agent Orange [Donald Trump] m’a envoyé les services secrets / Pour me rencontrer en personne afin de voir si je pensais vraiment à le blesser / Ou me demander si je suis lié aux terroristes / J’ai répondu « seulement s’il s’agit d’encre et des paroles »

Au vu du sobriquet que le rappeur a donné à Donald Trump, cette convocation ne l’a pas vraiment calmé.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article : ,