Donald Trump : Il attaque sa nièce, Mary Trump en justice pour « complot sournois »

Donald Trump : Il attaque sa nièce, Mary Trump en justice pour « complot sournois »
Voir le diaporama
1 Photos
donald-trump-une-de-ses-nieces-fait-des-revelations-sur-la-famille-de-l-ancien-president
Donald Trump : Il attaque sa nièce, Mary Trump en justice pour « complot sournois »
donald-trump-une-de-ses-nieces-fait-des-revelations-sur-la-famille-de-l-ancien-president

Mary Trump @ The Guardian

L’ancien président des États-Unis, Donald Trump, vient de porter plainte contre sa nièce Mary Trump, après que celle-ci a publié un livre à charge contre lui.

100 millions de dollars. C’est la somme dont on ne sait même plus combien de zéros elle compte que Donald Trump réclame à sa nièce, Mary Trump.

Mary Trump
Mary Trump @ The Guardian

Alors que s’est-il passé au sein de la famille Trump pour que les différends en viennent à se régler en justice ? En 2018, le New York Times publie une enquête sur les finances de Donald Trump. Le média affirmait alors que le milliardaire avait en partie construit son empire grâce à de l’argent donné par son père au travers de sociétés-écrans. Elle pointait aussi du doigt les arrangements de Donald Trump concernant ses impôts.

L’ensemble de l’enquête avait été récompensé d’un prix Pulitzer. Puis dans un livre paru en 2020, Mary Trump avait révélé être la source à l’origine de l’enquête du New York Times.

Donald Trump rancunier

C’est donc pour se venger de cela que le 21 septembre, Donald Trump a porté plainte à la fois contre sa nièce et contre le média. Le Monde rapporte des extraits de la plainte, longue de 27 pages.

Les accusés étaient motivés par une vendetta personnelle et leur désir de gagner en notoriété. Ils se sont livrés à un complot sournois pour obtenir des documents confidentiels et hautement sensibles qu’ils ont exploités pour leur seul bénéfice et pour légitimer leurs articles.

La plainte accuse également les journalistes d’avoir :

poursuivi sans relâche sa nièce, Mary L. Trump, et l’ont convaincue de faire sortir les dossiers du cabinet de son avocat et [de] les remettre au New York Times.

« Je pense qu’on appelle ça du journalisme »

Une accusation à laquelle l’une des journalistes responsables de l’enquête, Susanne Craig, a répondu par un tweet :

J’ai frappé à la porte de Mary Trump. Elle l’a ouverte. Je pense qu’on appelle ça du journalisme.

Mary Trump a quant à elle pris la parole pour qualifier son oncle de « perdant » :

C’est l’affolement (…). Comme toujours avec Donald, il va essayer et puis changer de sujet.

La paix n’est pas pour demain !

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :