Nikos Aliagas revient sur le tournage du biopic sur Grégory Lemarchal : “On était tous en larmes”

Nikos Aliagas revient sur le tournage du biopic sur Grégory Lemarchal : “On était tous en larmes”
Nikos Aliagas joue son propre rôle dans « Pourquoi je vis », le biopic consacré au regretté Grégory Lemarchal.

Grégory Lemarchal c’est avant tout un talent incroyable et un destin qui a marqué les esprits. Gagnant de la quatrième saison de La Star Academy en 2004, il se battait pour vivre son rêve mais aussi contre la terrible maladie qu’est la mucoviscidose.

Après avoir su conquérir le cœur des français, l’interprète d’À corps perdu s’est éteint le 30 avril 2007, emporté par la maladie à seulement 23 ans.

Depuis, personne n’a oublié celui que l’on a surnommé Le petit prince à la voix d’ange. Le réalisateur Laurent Tuel est désormais en charge du téléfilm intitulé Pourquoi je vis, qui retracera la vie du jeune homme qui sera interprété par Mickaël Lumière.

Les confidences de Nikos Aliagas

Pour le téléfilm, Nikos Aliagas, légendaire présentateur de Star Academy, a bien voulu y jouer son propre personnage. C’est à Welcome Magazine Live que le présentateur s’est confié. Il est revenu sur le tournage qui a été « intense ».

J’ai tourné une scène, une séquence importante dans ma vie, dans celle de Gregory et de sa famille. Celle où il gagne la Star Academy. C’était du mot-à-mot quasiment. C’était intense.

Il a ajouté que l’émotion était au rendez-vous et qu’il avait été impossible pour les personnes présentes de contenir leurs larmes.

Quand tu le vois arriver… C’est un choc. En plus, il était humble. Il ne jouait pas Gregory, il savait qu’il lui ressemblait. On était en larmes. On était tous en larmes.

Le playback sur la reprise de S.O.S d’un terrien en détresse de Grégory Lemarchal a également été très riche en émotion.

C’était un choc. On s’arrêtait, on se regardait et on pleurait. (…) J’avais l’impression que Gregory était là, qu’il se foutait de nous.

A confié le célèbre présentateur de TF1.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article : ,