Lena Dunham pratique l’abstinence sexuelle depuis un an

Lena Dunham pratique l’abstinence sexuelle depuis un an
L’actrice Lena Dunham s’est exprimée sans détour sur son abstinence sexuelle qui l’aurait « guérie »

Principalement connue pour avoir été l’une des actrices et la réalisatrice de la série Girls, Lena Dunham s’est confiée à Cosmopolitan. La jeune femme de 33 ans, qui fait la couverture de l’édition britannique du magazine, a parlé de sa sexualité… ou plutôt de son absence de sexualité depuis un an.

En effet, après sa rupture avec le musicien Jack Antonoff et son hystérectomie en 2017 (ablation partielle ou totale de l’utérus NDLR) dans le but de soulager les symptômes de son endométriose, Lena Dunham a décidé de pratiquer l’abstinence sexuelle.

Je me suis dit : « Tu sais quoi, j’ai été en couple depuis mes 15 ans. Je dois faire un break. La sobriété, l’abstinence représente plus pour moi que de ne pas prendre de drogues, ça veut aussi dire que je m’abstiens d’avoir des relations négatives. Ça veut dire que je prends une pause dans les relations amoureuses, ce qui m’a fait beaucoup de bien.

Lena Dunham dénonce la pornographie

Célibataire, elle a déclaré qu’être enfin seule lui fait un bien fou.

Ça fait 14 mois que je suis complètement célibataire. J’ai peut-être embrassé un mec à une soirée une fois, mais ce n’est pas illégal. Je traîne avec mes chiens, mes chats. Ça m’a amené beaucoup de clarté, parce que même si le monde a accepté le sexe et l’émancipation des femmes, notre relation avec le sexe est compliquée. D’un autre côté, on nous apprend à exiger ce que nous voulons, et de l’autre on est effrayé de ne jamais trouver quelqu’un et de nous poser.

Elle en a profité pour pousser un coup de gueule contre l’industrie de la pornographie et son influence néfaste.

On se conditionne avec le porno à devoir être performante quand on fait l’amour. Une fois que mon corps a commencé à lâcher, je ne pouvais plus faire ça et je me suis sentie vulnérable. J’ai réalisé ça jusqu’à ce que je sois avec quelqu’un qui me fasse sentir en sécurité, je ne voulais plus le faire. Les gens me disent : « Oh mon dieu, tu n’as pas couché avec quelqu’un depuis plus d’un an. » Et je réponds : « Non, c’est en réalité la chose qui m’a guérie. »

Celle qui a connu des périodes difficiles va désormais bien mieux et continue de s’accepter pleinement.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :