[INTERVIEW] Jean-Michel Maire moins présent sur le plateau de TPMP : « Ce n’est pas un choix »

[INTERVIEW] Jean-Michel Maire moins présent sur le plateau de TPMP : « Ce n’est pas un choix »
Jean-Michel Maire a bien voulu nous accorder une interview dans laquelle il revient sur le concours Miss Esthétique dont il est le maître de cérémonie, TPMP mais aussi ses transformations physiques ainsi que ses projets.

Jean-Michel Maire est incontestablement l’un des chroniqueurs de TPMP les plus populaires. Il faut dire que ce dernier était déjà présent dès la première saison du programme et a su conquérir les téléspectateurs.

Mais, à bientôt 60 ans, il a voulu se lancer dans une nouvelle aventure, l’animation du concours Miss Esthétique qui fait déjà beaucoup parler.

Jean-Michel Maire a bien voulu se confier à notre rédaction.

 

« Moi j’aime bien les critiques, ça me stimule. »

 

Pouvez-vous nous expliquer le concept de Miss Esthétique ?

On va élire la miss francophone la plus jolie. C’est un concours de beauté traditionnel mais qui rompt un peu avec tous les anciens clichés, les anciens archaïsmes et codes de concours de beauté. On ouvre beaucoup plus le concours aux jeunes filles actuelles, qui représentent la diversité des jeunes femmes d’aujourd’hui.

Il n’y a pas de critère de taille, de poids ou d’âge. On peut avoir eu des enfants, des tatouages, des piercings, des photos de charme ou bien avoir fait de la chirurgie ou des soins esthétiques. On peut avoir un petit ami surtout. Ce qui est complètement délirant, c’est qu’au concours de Miss France on ne peut pas se présenter si on a un petit copain. Mais quel est le rapport ? Je trouve ça complètement débile. Miss Esthétique, c’est le concours Miss France 2.0.

J’espère qu’il sera pérenne, qu’il continuera et aura du succès. En tout cas, je le trouve beaucoup plus moderne dans sa forme que les concours de beauté actuels.

 

C’est donc pour cela que vous avez acceptez d’en être le maître de cérémonie ?

Oui. J’ai accepté déjà parce qu’on m’a demandé surtout. J’adore les nouvelles aventures, c’est une aventure qui me fait marrer. L’univers de la beauté, de la séduction m’attire. Je suis un homme et participer à un concours de beauté pour élire la plus belle fille de France et de Navarre, ça serait fou de ne pas accepter.

J’ai 60 ans dans quelques jours et les nouvelles aventures m’intéressent, m’excitent et j’ai dit banco, on y va.

 

Le concours a été vivement critiqué sur le plateau de TPMP, vous attendiez-vous à de telles critiques de la part des chroniqueurs ?

Oui, je les attendais et je les espérais. Il n’y a rien qui m’emmerde plus que les débats où on ouvre le robinet d’eau tiède. Ça ne m’amuse pas. Moi j’aime bien les critiques, ça me stimule. J’aurais bien aimé qu’elles soient plus virulentes, ça m’aurait plu. Je leur avais dit avant de venir sur le plateau de ne pas hésiter et de dire ce qu’ils avaient à dire.

Beaucoup m’ont dit en sortant du plateau que je les avais convaincus, qu’ils avaient changé d’avis, etc. Ils croyaient que c’était un concours de miss chirurgie esthétique, et en fait pas du tout. La grande majorité des filles du concours n’ont pas fait de chirurgie esthétique.

« Ça ne me gêne pas qu’on banalise la chirurgie esthétique »

 

Vous attendiez-vous à ce que ce concours fasse polémique ?

La polémique, c’est parce qu’on offre 15 000€ de chirurgie ou de soins esthétiques. On a le cliché de dire que chirurgie esthétique égal augmentation mammaire ou des fesses, etc. Alors que cela représente bien d’autres choses : Soins dentaires, recoller les oreilles, retirer un grain de beauté ou quelque chose de disgracieux. Ça peut être de la thalasso, du soin par les algues, du botox…

Pour moi, la chirurgie esthétique ce n’est pas du tout tabou quand c’est fait avec modération et sans excès, mais comme dans tous les domaines. Si ça peut aider les gens à résoudre des complexes et à se sentir mieux dans leur peau, moi, je trouve ça fantastique.

 

Que répondez-vous à ceux qui disent que ce concours participe à banaliser la chirurgie esthétique ?

Si c’est ça la polémique, moi, ça ne me gêne pas du tout qu’on banalise la chirurgie esthétique. Que les gens aillent voir aux États-Unis, il n’y a aucun tabou avec la chirurgie esthétique. Il y a même des émissions de télévision qui sont entièrement consacrées à ça. Les chirurgiens esthétiques qui opèrent se filment en direct, ce sont des vraies stars, etc. Dans plein de pays, c’est quelque chose qui est très normalisé.

En France, on est resté sur des archaïsmes qui sont tabous mais tout ça va être vite balayé. J’espère que le concours participera à banaliser la chirurgie esthétique quand elle est bien faite.  La femme qui a eu trois enfants et qui a les seins qui la complexent parce qu’ils ne ressemblent plus du tout à ce qu’ils étaient avant et qui veut se faire refaire les seins. Demandez-lui si elle n’est pas contente qu’on ait banalisé la chirurgie esthétique.

 

Vous qui avez déjà fait de la chirurgie esthétique, envisagez-vous déjà de faire une nouvelle opération ? Laquelle ?

J’ai fait trois opérations : les cheveux, les paupières et le ventre et je suis ravi de l’avoir fait. Je recommencerais demain s’il le fallait mais je ne sais plus quoi faire maintenant. Je me suis fait mettre des cheveux, maintenant, je peux en vendre tellement j’en ai. Je referai peut-être une fois de la liposuccion comme je fais zéro sport et que je mange comme un salaud et que l’hiver arrive avec la période des raclettes. Trois fois par semaine dès qu’on passe sous les douze degrés.

En tout cas si quelqu’un me dit un jour : « Tu devrais faire ci ou ça », je l’étudierai.

 

Kelly Vedovelli, une miss esthétique idéale ?

 

Cyril Hanouna vous a-t-il donné des conseils ?

Il ne m’a pas donné de conseil, je n’en ai pas demandé. Ce n’est pas dans son domaine de compétence. Il s’en fout complètement. Mais si j’ai des conseils à prendre, c’est de lui que je les prendrai en tout cas, c’est sûr.

 

A vos côtés, on trouvera Milla Jasmine, que pensez-vous d’elle ?

Contrairement à beaucoup d’autres, je n’ai rien contre les personnes qui participent à la télé-réalité. Si j’étais jeune et que je ne savais pas trop quoi faire de ma vie et qu’on me proposait de faire une émission comme ça, je dirais oui.

Qui dirait non à une émission où on passe son temps à se dorer au bord de la piscine, à manger, boire des coups, aller en boîte et être payé à faire ça ? Ce sont des émissions modernes, après, il ne faut pas que ça s’épuise et que ça tourne en rond. Ça finit par perdre un peu en crédibilité.

En tout cas, j’admire ceux qui réussissent parce que c’est un vrai boulot et un vrai talent de réussir à percer dans ce genre d’émission. Il y a tellement de candidats et si peu d’élus au final.

Jean-Michel Maire moins présent sur le plateau de TPMP : "Ce n’est pas un choix"
Jean-Michel Maire et Kelly Vedovelli @Instagram

Dans l’univers des médias, qui serait selon vous la Miss Esthétique idéale ?

Ah ! Des jolies filles à la télévision il y en a quand même énormément. Il y en a beaucoup dans Touche pas à mon Poste. Delphine Wespiser qui a déjà été élue Miss France. Il y avait vendredi dernier une jeune fille qui s’appelle Audrey, très jolie aussi. Il y a Kelly Vedovelli qui est très jolie.

Après qui ? Je ne veux blesser personne… Je dirais Kelly, allez. Mais je pense pas qu’elle aimerait participer à Miss Esthétique.

 

Au sujet de TPMP : « On m’appelle moins. »

 

Vous avez récemment dit vouloir partir vivre à l’étranger, comment Cyril Hanouna a pris la nouvelle ?

Il l’a bien pris parce que quand ses chroniqueurs sont heureux, il est heureux aussi. Ce n’est pas fait. Il pensait que je quittais TPMP, je ne quitte pas TPMP. Je la fais moins, mais quand on m’appelle, je la fais avec plaisir.

Mais si le projet de partir en Thaïlande avec mon pote pour monter une paillotte au bord de l’eau aboutit dans un délai raisonnable, je partirai. J’aime bien la simplicité donc ce projet me correspond.

 

C’est donc un choix de votre part d’être moins présent sur le plateau de TPMP ?

Non, ce n’est pas un choix. On m’appelle moins. Ça tourne, il y a beaucoup de chroniqueurs maintenant. La ligne éditoriale a un peu changé. Il y a beaucoup plus de sérieux, de débats de fond, de polémiques, de politique. Moi qui aime bien me marrer, qui suis plus dans le divertissement, Cyril a un peu réorienté la table des chroniqueurs avec des gens qui sont plus fans de débats.

Quand ce ne sont que des sujets sérieux, je m’amuse moins. Je pense que Cyril, naturellement, quand c’est une émission où on se marre, il me prend plus facilement et quand c’est sérieux, il prend plus facilement d’autres personnes.

Mais il y a tellement de chroniqueurs maintenant que le jour où je partirai, ça ne se verra pas. Il y a trop de chroniqueurs par rapport au nombre de places. Je pense que ça va soulager tout le monde. Ils sont tous bons et ont leur place.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur vos projets ?

Je ne sais pas si vous savez mais je suis un gros feignant (rires). Moins j’en fous, plus je suis content. Je suis en train de terminer mes mémoires. Alors pas Mémoires avec une majuscule mais une minuscule. Ça s’appelle « mémoires d’un loser heureux ». J’y raconte tout ce que j’ai raté dans ma vie. Je termine le premier tome et j’entamerai le deuxième tome après parce que malheureusement, beaucoup plus d’échecs que de réussites dans ma vie et ça me fait marrer de les raconter.

 

Toute reproduction ou citation est interdite sans la mention de StarMag.com

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :