[INTERVIEW] Anaïs Bressy (Miss Esthétique) : « Je ne suis pas contre la chirurgie »

[INTERVIEW] Anaïs Bressy (Miss Esthétique) : « Je ne suis pas contre la chirurgie »
Couronnée toute première Miss Esthétique France de l'histoire le 27 février 2022, Anaïs Bressy a bien voulu se confier à StarMag et revenir sur les polémiques autour du concours. Elle évoque aussi sa situation amoureuse et ses envies pour le futur.

Le 27 février 2022, la vie d’Anaïs Bressy a pris un tournant inattendu. C’est à la Cigale de Paris que la jeune femme a eu le bonheur de devenir Miss Esthétique France 2022. Ce concours d’un tout nouveau genre, propose d’élire une femme qui représentera la diversité.

Pas besoin d’avoir une certaine taille, un certain poids… Si vous êtes tatouée, refaite, mère de famille avec des rondeurs ou non, vous pouvez prétendre au titre. Vous l’aurez compris, ce concours est ouvert à toutes.

Anaïs Bressy a su faire la différence et terminer à la première place du podium parmi plus de 500 candidates. Si vous souhaitez faire de même, sachez que les inscriptions aux présélections de la prochaine édition sont déjà ouvertes.

Alors qu’Anaïs Bressy débute une année riche en émotions, elle a accepté de prendre un instant pour se confier à notre rédaction.

[INTERVIEW] Anaïs Bressy (Miss Esthétique) : "Je ne suis pas contre la chirurgie"
Anaïs Bressy (Miss Esthétique France 2022) @DR

Miss France, un concours trop peu inclusif

Qu’as-tu ressenti en remportant le concours ?

Je suis passée par plusieurs états (rires). Au début, je n’y croyais pas. J’étais aussi perdue. Directement tous les journalistes sont arrivés, du coup, j’étais un peu perturbée. Après, je suis redescendue au fur et à mesure et j’étais très heureuse. Je le suis d’ailleurs encore à l’heure d’aujourd’hui.

Chaque jour, j’ai des choses qui arrivent dans ma vie qui ne me seraient jamais arrivées si je n’avais pas fait ce concours. J’ai pu enchaîner les shootings, les rencontres. Dans ma liste de rêves il y avait « shooter sur les toits de Paris en face de la Tour Eiffel » et j’ai pu le faire. Ça m’ouvre énormément de portes.

Tu te rêvais Miss France ?

Miss France ça m’attirait mais quand j’étais petite. Je me disais « Oh lala c’est magnifique, le défilé est beau, les costumes sont magnifiques ». Mais quand j’ai commencé à grandir et à comprendre que ce concours était réservé qu’à certaines femmes, bah quand on est une femme petite, qu’on a des rondeurs, ça fait forcément mal au cœur. On se dit « comment ça se fait qu’on n’est pas éligibles ? » Tant qu’on est une femme, qu’on se sent bien dans notre peau, je ne comprends pas pourquoi on ne peut pas être Miss France.

Je suis désolée mais quand je marche dans la rue, je croise très souvent des femmes comme moi mais pas souvent des femmes comme nos Miss France. Je trouve ça dommage que les femmes soient catégorisées, mises dans des cases, qu’il faille être grande, mince pour être belle.

Quand j’ai vu le concours Miss Esthétique, pour moi c’était vraiment un rêve de petite enfant de me dire « ah je vais peut-être pouvoir gagner un concours de miss et rendre fière ma famille ».

[INTERVIEW] Anaïs Bressy (Miss Esthétique) : "Je ne suis pas contre la chirurgie"
Anaïs Bressy (Miss Esthétique 2022) @DR

Retour sur les polémiques

La bonne ambiance entre les candidates était-elle au rendez-vous ?

Quand on entre dans ce genre de concours, on est un peu angoissée. On se demande comment ça va se passer, on pense à la compétition. Les filles souvent aiment bien créer des problèmes etc. Mais finalement, c’était le top du top. Ça a été deux semaines, entre Paris et le Portugal, incroyables.

Avec les filles, on discute encore toutes ensemble et ce n’est que de l’entraide parce qu’avec toutes les polémiques qu’il a pu y avoir sur le concours, ça, ça a été notre force. Quand on avait des petits coups de mou, on avait des copines sur qui compter. J’ai l’impression de connaître certaines d’entre elles depuis des années alors que ça ne fait même pas trois mois.

Certaines candidates n’ont pas manqué de se plaindre du concours. Qu’en as-tu pensé toi qui étais au cœur même de celui-ci ?

C’était assez dur. On était chez nous et il y avait l’arrivée à Paris pour partir au Portugal, et du coup, c’est là que tout est parti dans tous les sens sur les réseaux sociaux. Il y a eu de tout et n’importe quoi. Le comité était là pour répondre à nos questions, pour nous rassurer, mais c’était assez compliqué parce que les gens sur les réseaux nous envoyaient des choses en messages privés. Mais grâce au comité, finalement ça a été assez facile après de passer l’étape de la polémique.

Les filles qui n’étaient pas contentes du concours nous en mettaient plein la tête. Elles disaient ne pas viser les candidates mais au final, celles qu’elles touchaient le plus, c’était nous.

Tu penses que leurs complaintes étaient légitimes ou bien y vois-tu une forme de jalousie ?

Je ne peux pas juger. Je n’ai pas envie de dire « oh ce sont des mauvaises joueuses ». Pour moi ce ne sont pas des mauvaises joueuses. Elles ont dû être blessées et l’être humain est comme ça. Quand on est blessé, on voit tout en noir. Du jour au lendemain elles n’ont pas été sélectionnées donc elles ont vu tout le côté négatif du concours, alors que peut-être que, quelques jours avant, elles ne voyaient que le côté positif.

C’est très compliqué quand il y a plusieurs personnes, on se monte le cerveau et après ça part dans tous les sens.

Pour ou contre la chirurgie esthétique ?

Est-ce que Miss Esthétique a déjà eu recours à la chirurgie esthétique ?

Non mais j’ai fait des soins esthétiques. J’ai fait quelques injections au niveau de la bouche et du nez. J’ai fait disparaître ma bosse avec de l’acide hyaluronique.

Tu envisages d’en faire ?

Il faut savoir que le lot a été retiré dans le concours Miss Esthétique. C’est désormais 15 000€ de soins esthétique, on ne parle plus de chirurgie donc non, je ne l’envisage pas du tout pour l’instant. Je ne suis pas contre la chirurgie. Peut-être plus tard quand j’aurai des enfants, je ne sais pas (rires).

Un cœur déjà pris

En parlant futurs bébés, as-tu un compagnon dans ta vie ?

Je suis en couple depuis maintenant trois ans.

Du coup Jean-Michel Maire n’a pas tenté de te draguer durant le concours ?

Non, j’ai discuté un peu avec lui, mais il ne m’a pas draguée (rires).

Comment s’est passée ta rencontre avec Milla Jasmine ? Es-tu toujours en contact avec elle ?

La première fois que j’ai pu la voir, c’était au Portugal. Elle nous a un peu parlé du monde d’influenceuses, comment gérer ses réseaux sociaux, ce qu’il ne faut pas faire, ce qu’il faut faire etc. C’était très intéressant. Elle était là pour nous, on a pu lui poser énormément de questions et elle nous a donné beaucoup de conseils, elle a fait des photos avec toutes les filles.

Je n’avais pas vraiment d’avis sur elle quand je la voyais à la télévision. Mais franchement, c’est une personne super adorable. Par contre, je ne suis pas en contact avec elle sur les réseaux sociaux.

[INTERVIEW] Anaïs Bressy (Miss Esthétique) : "Je ne suis pas contre la chirurgie"
Anaïs Bressy entourée de Milla Jasmine et Jean-Michel Maire @DR

Anaïs Bressy victime de cyberharcèlement

As-tu déjà reçu des commentaires désobligeants depuis que tu as remporté le concours ?

Oui, j’en ai déjà reçus et même avant de faire Miss Esthétique France. J’avais eu des comptes fakes qui m’envoyaient des messages désobligeants sur mon physique. Quand j’ai fait le concours j’étais prête psychologiquement. J’en ai reçu quelques-uns, des messages qui disaient notamment : « Tu es toute botoxée », « Ah c’est ça une Miss ».

Mais en vrai je ne fais pas attention. Je vois le message et je me dis que de toute manière si j’avais été plus grande, plus mince, blonde… qu’importe, j’aurais quand même eu des commentaires parce que les êtres humains ne sont jamais d’accord et aiment souvent critiquer, encore plus sur les réseaux. Je prends du recul, je ne le prends pas pour moi et je me dis que ce sont des personnes sans doute jalouses ou tristes dans leur vie.

Tu dirais donc que tu as déjà vécu du cyberharcèlement ?

Clairement oui !  Ça a été au début dur. Je recevais tout le temps des commentaires avec des faux comptes, même pas des vrais profils. Quand on subit ça, c’est compliqué, mais après ça nous donne de la force finalement. Avec l’aide de ma famille, de mon copain et de mes amis, j’ai réussi à surmonter cette épreuve. Gagner Miss Esthétique a été une belle revanche. Du coup, je n’avais pas peur des haters.

Un avenir dans le cinéma ?

Dans les lots promis à la gagnante il y a deux ans en agence en tant que modèle Instagram et influenceuse. Pourras-tu alors te lancer dans le business décrié des placements de produits ?

Oui, je le fais déjà un petit peu, mais c’est vrai que c’est quelque chose que je vais gérer correctement. Je ne vais pas proposer tout et n’importe quoi sur les réseaux sociaux même avec un certain cachet. L’argent c’est bien mais ça ne m’intéresse pas plus que ça. Il y a d’autres moyens pour se faire de l’argent. Si je propose des produits, ce sont des produits que j’utilise et que j’aime. Les influenceurs qui partagent tout et n’importe quoi, je n’aime pas du tout.

Comment vois-tu ton avenir ? Envisages-tu de te lancer dans la télé-réalité ?

La télé-réalité, pas du tout. Ça ne m’a jamais attirée. Par contre, c’est vrai que j’aimerais bien continuer dans la mode et j’ai toujours voulu être actrice de cinéma. Je me dis que, peut-être, ça va m’ouvrir quelques portes. Pourquoi pas faire des séries plus tard.

Alors, que te réserve cette année en tant que Miss Esthétique ?

Cette année, je vais faire de nombreux événements, des shootings et aussi des voyages. J’ai entendu parler de la Chine, de la Colombie, des États-Unis donc franchement j’ai hâte. J’ai également hâte de rencontrer plein de gens.

[INTERVIEW] Anaïs Bressy (Miss Esthétique) : "Je ne suis pas contre la chirurgie"
Anaïs Bressy (Miss Esthétique 2022) @DR
Toute reproduction ou citation est interdite sans la mention de Starmag.com

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :