Hélène de Fougerolles maman d’une fille autiste : « J’ai longtemps cru être une mauvaise mère »

Hélène de Fougerolles maman d’une fille autiste : « J’ai longtemps cru être une mauvaise mère »
Hélène de Fougerolles se livre à nouveau sur l'autisme de sa fille Shana dans les colonnes du magazine Télé Star. Elle avoue qu'elle a longtemps cru être une mauvaise mère, trop protectrice.

La comédienne Hélène de Fougerolles, qui s’est notamment illustrée dans la série de TF1 Balthazar, est une femme très pudique en ce qui concerne sa vie privée. Pourtant, dernièrement, elle a décidé de dévoiler quelques détails intimes. Son jardin secret, elle le cultive depuis des années, depuis dix-huit ans exactement, l’âge de sa fille Shana.

Il y a dix-huit ans donc, Hélène de Fougerolles donnait naissance à cette merveilleuse petite fille atteinte d’autisme. Elle s’est d’ailleurs longtemps sentie coupable de sa maladie. Une maladie qui se fait de plus en plus connaitre ces dernières années, grâce à la parole libérée des parents de ses enfants hors du commun.

Hélène de Fougerolles : Se sentant responsable de l’autisme de sa fille, elle était dans le " déni "
Hélène de Fougerolles @ABACA/Domine Jerome

Un combat du quotidien

C’est dans un livre qu’Hélène de Fougerolles, elle, dévoile ce qu’a été son quotidien avec Shana. Cet ouvrage s’intitule T’inquiète pas maman, ça va aller.

Suite à cette sortie, le magazine Télé Star a voulu interviewer l’artiste pour en savoir plus sur ses confidences littéraires et privées. Elle raconte :

J’ai longtemps cru être une mauvaise mère, je m’en suis tellement voulu… Je suis bouleversée par tous les mots de soutien que je reçois, nous confiait-elle après la publication de son livre. Moi qui aie passé dix-huit ans à cacher tout ça… Ce chemin, c’est l’aventure de ma vie (…) On m’a longtemps dit que Shana avait des problèmes comportementaux à cause de moi, que j’étais trop vulnérable, pas assez équilibrée, trop protectrice.

Elle ponctue :

Je suis très sincère quand je dis que j’ai beaucoup de chance d’avoir une enfant comme ça. Elle m’a transcendée. On rigole beaucoup toutes les deux. Ma fille, c’est le soleil de ma vie.

Un soutien sans faille

La jolie blonde avoue avoir été une mère trop protectrice avec Shana, de peur qu’il lui arrive quelque chose. Heureusement, elle a pu compter sur le soutien du père de sa fille, le producteur Eric Hubert, pour sortir de cette spirale infernale.

Mais ce qu’il y a de bien dans ma situation, c’est que son père et sa belle-mère, eux, lui demandent de recommencer jusqu’à ce qu’elle y arrive. Ils lui ont même fait faire du ski ou du saut en deltaplane.

Longtemps, Hélène de Fougerolles a caché la maladie de sa fille car elle avait peur du regard des gens. Elle a eu beaucoup de mal à accepter que sa fille était particulière. Un combat de plusieurs années, qui a été semé d’embuches. Hélène de Fougerolles a dû mettre sa fille dans un hôpital de jour pour que Shana soit bien prise en charge.

Elle expliquait lors d’une interview donnée à l’émission Sept à Huit :

Elle n’est pas handicapée mentale, elle est différente, elle est géniale, vraiment. Ils ne le voient pas, c’est leur problème.

Hélène de Fougerolles n’est pas la première personnalité a parlé de la maladie de son enfant. En effet, plusieurs années avant elle, Eglantine Eméyé a rendu publique l’autisme de son fils, Samy. Elle est d’ailleurs très investie dans la médiatisation de cette maladie et prend régulièrement la parole sur le sujet afin de sensibiliser la population sur les difficultés du quotidien de ses enfants et de leurs parents.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :