Gilbert Rozon accusé de viol : Il prend la parole à son procès et raconte sa version des faits

Gilbert Rozon accusé de viol : Il prend la parole à son procès et raconte sa version des faits
Le procès de Gilbert Rozon a débuté le 13 octobre au Canada. Accusé d’agressions sexuelles, le fondateur de Juste pour rire est sorti du silence pour se défendre durant l’audience.

L’année 2017 a marqué le début de la fin pour Gilbert Rozon. En effet, en octobre de cette année, une femme a porté plainte contre celui qui était alors encore juré de l’émission La France a un Incroyable Talent pour viol et attentat à la pudeur.

Depuis, les langues se sont déliées et pas moins de quatorze plaintes ont été déposées contre Gilbert Rozon qui plaide non-coupable.

Son procès a débuté ce 13 octobre au Canada et devrait se dérouler sur quatre jours. Il est actuellement jugé suite à la première plainte déposée pour des faits remontant à 1979.

Retour sur les faits présumés

La plaignante a raconté son histoire au palais de justice de Montréal. Les faits présumés se seraient alors déroulés à Saint-Sauveur après une soirée en boite de nuit alors qu’elle était étudiante. Après avoir fait connaissance avec Gilbert Rozon dans une radio locale, le drame aurait eu lieu.

Dans la soirée, elle se serait fait violer par Gilbert Rozon. Alors qu’il raccompagnait la jeune femme chez ses parents, il aurait voulu l’embrasser de force touchant sa poitrine par la même occasion. Elle serait alors tombée au sol après avoir repoussé son assaillant.

Voyant la jeune femme lutter pour éviter de se faire violer, Gilbert Rozon l’aurait laissée en paix, l’invitant à rester dans une chambre seule pour terminer la nuit. Malheureusement, c’est au réveil que Gilbert Rozon aurait fini par abuser d’elle comme le rapporte Radio-Canada.

Je me souviens de l’oppression. Je me souviens de la fenêtre, qui était à droite du lit, parce que c’est ce que je regardais pendant la pénétration. […] C’est pas consenti, c’est juste trop, j’ai pas la force. C’est grouille-toi, qu’on en finisse.

Une version différente des événements

L’avocat de Gilbert Rozon a défendu son client en déclarant alors :

Vous n’avez jamais dit aux policiers que vous avez demandé à Gilbert Rozon d’arrêter, vous n’avez jamais manifesté le désir d’arrêter.

Par la suite, Gilbert Rozon a donné sa version des faits bien différente de celle de la plaignante. E effet, il affirme s’être endormi ce soir-là avant de se réveiller très surpris par ce qu’il avait pu voir.

Elle était à califourchon sur moi, j’étais plus que surpris, je me suis dit : ‘elle est ben weird.’ Elle regardait au loin, je me demandais si elle se faisait l’amour sur moi. Je n’inventerais pas une histoire comme ça, c’est la vérité, c’est ce que j’ai vécu. Je l’ai raconté à quelques amis sans la nommer tellement ça m’avait surpris.

Affaire à suivre…

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :