Gérard Depardieu : l’enquête pour viol relancée contre l’acteur

Gérard Depardieu : l’enquête pour viol relancée contre l’acteur
Une enquête pour viol à l’égard de Gérard Depardieu a été relancée, comme a appris l’AFP le 28 octobre. La plainte a une première fois été classée sans suite en juin 2019.

Il pensait sans doute en avoir fini avec la justice sur cette affaire-là mais les accusations de viol poursuivent Gérard Depardieu. Un juge d’instruction va en effet reprendre les investigations au sujet de cette plainte. C’est l’Agence France-Presse qui l’a appris d’une source proche du dossier le mercredi 28 octobre.

La plaignante est une jeune comédienne. Elle accuse l’acteur de plusieurs viols et agressions sexuelles qui seraient survenus dans l’hôtel particulier parisien de Gérard Depardieu les 7 et 13 août 2018. Lors de son audition, la jeune femme avait expliqué que l’acteur est un ami de longue date de son père.

Gérard Depardieu nie les accusations

Gérard Depardieu avait lui aussi été entendu dans le cadre de cette enquête. Il avait vigoureusement contesté ces accusations. Au bout de 9 mois, la procédure avait été classée sans suite par le parquet de Paris qui avait expliqué que :

Les nombreuses investigations réalisées n’avaient pas permis de caractériser les infractions dénoncées dans tous leurs éléments constitutifs.

Une reprise de l’enquête pas surprenante

Si l’enquête a repris, c’est que la jeune comédienne a relancé sa plainte. Cette relance a provoqué la désignation d’un magistrat instructeur à la mi-août. On l’a chargé d’ examiner la plainte avec constitution de partie civile. Cette constitution de partie civile provoque quasi-automatiquement la désignation d’un juge pour relancer les investigations.

Maître Hervé Témime, l’avocat de Gérard Depardieu, a confié à l’AFP ne pas avoir été mis au courant de la désignation d’un juge d’instruction et de la réouverture de l’enquête. Mais il a qualifié cette désignation de « non-événement, s’agissant d’une décision automatique ». L’acteur lui-même ne s’est pas encore exprimé sur la réouverture de l’enquête. L’avocate de la plaignante, Me Elodie Tuaillon-Hibon, a affirmé que sa cliente

a pris acte de l’ouverture de l’information judiciaire et de la nomination d’un magistrat. Elle renouvelle sa confiance en la justice.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :