Flavie Flament révoltée par l’absence de sanction judiciaire pour Olivier Duhamel

Flavie Flament révoltée par l’absence de sanction judiciaire pour Olivier Duhamel
L’animatrice de télévision, Flavie Flament, s’est indignée dans une interview au Parisien sortie le 20 juin, du classement sans suite de l’affaire Olivier Duhamel.

C’est forcément une affaire qui la touche. Flavie Flament, interviewée par Le Parisien le 20 juin, s’est exprimée sur l’affaire Olivier Duhamel.

Ce politologue est dans la tourmente depuis janvier et la sortie par son ex belle-fille, Camille Kouchner, de La Familia Grande. Un livre relatant des faits d’inceste commis par Olivier Duhamel sur « Victor », le frère de Camille Kouchner, lorsqu’il était adolescent. Suite à la sortie de ce livre, « Victor » Kouchner avait décidé de porter plainte. Et ce, même si les faits étaient prescrits par la loi puisque s’étant déroulés il y a trop d’années.

Des faits partiellement reconnus

Interrogé par les policiers au cours de l’enquête, Olivier Duhamel a partiellement reconnu les faits. Il a admis des attouchements sur son beau-fils mais non pas des viols comme affirmé dans le livre. Malgré ces aveux, l’affaire a, comme prévu, été classée sans suite à cause de la prescription.

Olivier Duhamel accusé d’inceste : Il prépare un livre pour se défendre
Olivier Duhamel @AFP

Une absence de sanction qui a logiquement fait sauter au plafond Flavie Flament. L’animatrice de télévision a en effet elle-même été victime de viols lorsqu’elle était adolescente. Des viols dont elle n’a pas parlé jusqu’en 2016, trop tard là aussi pour espérer une quelconque condamnation.

Flavie Flament pour l’imprescriptibilité

Interrogée par Le Parisien, elle a donc livré son sentiment sur l’affaire Olivier Duhamel. Elle est selon elle, symptomatique d’un problème plus large :

Le rallongement des délais de prescription a permis de porter plainte trente ans après la majorité en cas d’agression sexuelle de mineur de moins de 15 ans, mais ce n’est pas rétroactif. Il faut encore progresser, peut-être vers l’imprescriptibilité : d’un point de vue philosophique, je suis pour et j’espère que cela sera applicable au niveau législatif. L’affaire Duhamel est une nouvelle injustice qui vient marteler cette vérité crue : les victimes de crimes sexuels aujourd’hui ne sont pas protégées. J’ai écrit dans La Consolation : « La loi n’est pas forcément la justice ». En voilà encore une effroyable démonstration : un homme avoue avoir commis des crimes sexuels sur un jeune garçon et, au nom de l’application stricte de la loi, il peut dormir tranquille. J’espère que cela permettra au législateur de se remettre en question sur ces sujets.

Au vu du scandale né autour de cette affaire et de l’indignation publique devant la non-condamnation d’Olivier Duhamel, peut-être effectivement que cette affaire va contribuer à faire bouger les choses. Jusqu’à arriver peut-être à l’imprescriptibilité des crimes sexuels, notamment sur mineurs.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :