Enora Malagré : Bouleversante, elle évoque son combat contre l’endométriose

Enora Malagré : Bouleversante, elle évoque son combat contre l’endométriose
Ce lundi 3 février, Enora Malagré était l’invitée du Mouv’Rap Club sur Radio Mouv’. La jeune femme a fait des confidences poignantes sur la maladie dont elle souffre depuis des années.

Il y a trois ans, Enora Malagré révélait souffrir d’endométriose. Cette maladie chronique, dont souffrent aussi Lorie Pester et Laetitia Milot, touche une femme sur 10. Douloureuse et invalidante, l’endométriose est aussi la cause de nombreuses infertilités. Si l’ex-chroniqueuse de TPMP a confié avoir subi de nombreuses interventions chirurgicales et deux fausses-couches traumatisantes, elle n’avait jusque là jamais révélé à quel stade de cette pathologie elle se situait. Sur l’antenne de Mouv’, elle a évoqué sa souffrance quotidienne :

C’est une maladie qui m’empêche de marcher, de respirer, c’est une maladie qui peut être très handicapante. Moi je suis touchée à la fois dans l’utérus, dans la vessie, dans les jambes. C’est une maladie qui peut toucher plusieurs organes quand on est très atteinte.

« Je suis au dernier stade de la maladie »

Aussi forte qu’émouvante, Enora Malagré a ensuite confié que ses rêves de maternité s’étaient hélas envolés à tout jamais :

Il y a plusieurs stades de la maladie, moi j’en suis malheureusement au dernier. Et surtout, c’est une maladie qui m’empêche d’avoir des enfants, c’est mon grand drame, moi c’est mon voeu le plus cher.

Très atteinte, la chroniqueuse de De quoi j’me mêle, a été contrainte de se faire retirer l’utérus. Malgré sa douleur, la jeune femme souhaite briser le silence afin que les femmes souffrant de cette pathologie n’hésitent pas à consulter :

Il faut à peu près 7 ans pour diagnostiquer la maladie, moi je suis passé par cinq-six gynécologues avant qu’on pose un nom sur la maladie. Il faut aller consulter un gynéco, ce n’est pas honteux.

Des confessions poignantes qui ont certainement dû aider les nombreuses femmes souffrant de ce mal à sortir de l’isolement.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :