Emily Ratajkowski sort les griffes pour défendre son mari

Emily Ratajkowski sort les griffes pour défendre son mari
Emily Ratajkowski a finalement décidé de prendre la parole concernant les accusations visant son mari, le producteur Sebastian Bear-McClard. En effet, ce dernier ne payerait pas son loyer depuis 2017.

Emily Ratajkowski est en colère et l’a fait savoir, ce lundi 25 mars, sur Twitter. Depuis plusieurs semaines, elle et son mari, Sebastien Bear-McClard, sont dans le collimateur du propriétaire de l’appartement dans lequel ils vivent à New York.

Antoni Ghosh leur reproche de ne pas payer leur loyer depuis 2017. Le couple profiterait d’une loi américaine appelée Loft Law. Celle-ci viserait à protéger les artistes dans le besoin… Or, les internautes pensent en masse que les tourtereaux sont loin d’être pauvres.

Emily Ratajkowski « fière » du combat que mène son mari

Pourtant, si l’on en croit la bombe de 27 ans, son mari n’est pas du tout riche. La it-girl a pris la parole sur les réseaux sociaux pour le défendre.

C’est un producteur de films indépendant, alors les gens qui pensent qu’il est riche sont très gentils mais n’ont pas de fondement. Il a grandi dans le quartier dans lequel il vit à présent. Ses deux parents sont des artistes qui ont été virés de leurs maisons du centre-ville de New York.

Et Emily Ratajkowski d’ajouter :

J’ai emménagé avec lui il y a un an. Je suis fière qu’il se batte pour une bonne chose, contre un conglomérat immobilier qui a acheté l’immeuble dans lequel il vit pour 40 millions de dollars et qui répand de mauvaises informations au sujet de ses locataires dans le seul but d’obtenir de l’argent.

Elle regrette finalement :

New York a énormément changé et c’est une honte que les personnes qui travaillent dans des domaines créatifs soient poussées en dehors de la ville.

https://twitter.com/emrata/status/1110288638842011649

Alors, qui dit vrai ? Le propriétaire ou le couple Ratajkowski/Bear-McClard ? La justice devra sans doute trancher.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article : ,