Coronavirus : Marine Lorphelin alerte sur un symptôme méconnu de la maladie

Coronavirus : Marine Lorphelin alerte sur un symptôme méconnu de la maladie
Voir le diaporama
1 Photos
Coronavirus : Marine Lorphelin alerte sur un symptôme méconnu de la maladie
Coronavirus : Marine Lorphelin alerte sur un symptôme méconnu de la maladie
Coronavirus : Marine Lorphelin alerte sur un symptôme méconnu de la maladie

Interne en médecine, Marine Lorphelin met régulièrement en garde ses abonnés Instagram sur le coronavirus.

En pleine crise sanitaire, Marine Lorphelin, comme tout le personnel soignant, travaille sans relâche pour aider les malades. Interne en médecine dans un hôpital parisien, l’ancienne Miss France trouve tout de même l’énergie de poster quelques messages sur les réseaux sociaux. Ce mercredi 8 avril 2020, la jolie brune a expliqué que de nouveaux symptômes du covid-19 étaient apparus très récemment :

Des dermatologues alertent sur des signes cutanés du coronavirus.

A-t-elle écrit en story sur Instagram avant de montrer l’image d’une main parsemée de rougeurs :

Des malades asymptomatiques présentant ce type de lésions cutanées peuvent être porteurs du Covid-19, donc contagieux.

Des plaques et des boutons très rouges sur les extrémités

Lundi 7 avril 2020, dans Le Magazine de la Santé sur France 5, Isabelle Gallay, vice-présidente du Syndicat national des dermatologues-vénéréologues, avait évoqué certains symptômes typiques de la maladie :

Il s’agit principalement d’acrosyndromes, c’est-à-dire les syndromes des extrémités, qui se caractérisent de la façon suivante. Ce sont des plaques et des boutons très rouges sur les extrémités : les orteils, les mains. Bien souvent sur les orteils. Ces plaques sont la plupart du temps douloureuses. Elles peuvent entraîner des démangeaisons importantes, des brûlures.

De son côté, l’infectiologue ultra-médiatisée Karine Lacombe a expliqué sur Europe 1 que ces manifestations cutanées étaient peu visibles dans les formes graves du virus :

En fait, c’est surtout des signes précoces. On n’en a pas beaucoup vu en hospitalisation. Ce qu’on a vu, c’est plutôt en médecine de ville, avec des patients qui ne vont pas forcément s’aggraver. En tout cas qui n’arrivent pas aux services hospitaliers avec ces signes.

Une information très utile alors que l’épidémie fait rage dans le monde entier.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :