Aqababe : le blogueur arrêté pour harcèlement

Aqababe : le blogueur arrêté pour harcèlement
Connu dans le petit monde de la télé-réalité, le blogueur Aqababe a été arrêté par les forces de l'ordre pour cyberharcèlement.

Décidément, on parle beaucoup d’Aqababe ces derniers jours. En fin de semaine dernière, il a initié le « BerdahGate » en révélant que Magali Berdah aurait eu une relation avec Cyril Hanouna. Des révélations choc qui ont fait trembler les réseaux sociaux la semaine dernière. Mais serait-il allé trop loin ?

Aqababe face à la justice

En fin de semaine dernière, Aqababe balançait sur la vie privée de Magali Berdah et notamment sur ses relations supposées. Une affaire pas vraiment du goût de l’agente phare des personnalités de télé-réalité.

Samedi 27 avril, les deux avaient rendez-vous dans un hôtel parisien. L’occasion pour Aqababe de lui réclamer plus de 180.000 euros selon nos confrères de Public. Mais, la patronne de Shauna Events avait prévenu les forces de l’ordre de cette rencontre. Une plainte a été déposée dès le vendredi 26 avril. L’avocat de cette dernière a livré le scénario des événements à nos confrères de Non Stop People.

Sur place, Aqababe se fait donc arrêter et conduire au commissariat du 16ème. La conversation a été enregistrée et des témoins présents ont tout entendu. Au cours de cette conversation donc, le blogueur aurait assuré que deux personnes du milieu de la télé-réalité, dont une bien connue de Magali Berdah, lui auraient proposé plus de 100.000€ pour continuer de la diffamer et l’enfoncer pour qu’elle ne puisse jamais se relever.

Selon lui, Aqababe aurait même reconnu que les informations actuellement diffusées sont fausses et destinées à noircir la réputation de Magali Berdah.

Résultat ? Dimanche 28 avril, Aqababe a publié un communiqué d’excuses.

Il s’est passé des faits graves qui m’ont fait comprendre que des fois, j’allais trop loin. Comme vous le savez, j’ai eu des problèmes de santé assez importants qui m’ont fait changé du tout au tout. (…) J’ai craché dans des mains tendues. (…) Passible de sursis ou de prison, pour ce qui passera pour une tentative d’extorsion de fond. (…) Je regrette d’avoir parlé de certaines choses. (…) Je m’excuse auprès de Magali, demain je me rendrai au commissariat pour expliquer toute l’histoire.

Affaire à suivre dans les prochains jours…

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :