[INTERVIEW] Benjamin Samat et Dylan Thiry à quelques jours de leur combat

[INTERVIEW] Benjamin Samat et Dylan Thiry à quelques jours de leur combat
Le 6 avril prochain à Marseille aura lieu l'affrontement sur le ring entre Benjamin Samat et Dylan Thiry. Les deux influenceurs se sont confiés à StarMag sur leur motivation, leurs envies mais aussi sur les polémiques, dévoilant au passage le nom des candidats de télé-réalité qui seront présents pour les soutenir le jour J.

Il y a quelques semaines, le candidat Dylan Thiry lançait un appel sur les réseaux sociaux pour trouver un influenceur avec 1 million d’abonnés prêt à l’affronter dans un combat de boxe anglaise. C’est le marseillais Benjamin Samat qui a décidé de relever ce défi. Ne prenant pas cela à la légère, ils ont tout préparé dans les règles de l’art. C’est donc le 6 avril prochain que les deux adversaires se retrouveront sur le ring. Avant ça, lors de la conférence de presse, nous avons eu le plaisir de les interviewer.

Benjamin Samat et Dylan Thiry prêts à combattre

Comment vous vous sentez à quelques jours de ce combat?

Benjamin : Très bien, je suis focus. Je suis vraiment concentré et je m’entraîne 6 jours par semaine, beaucoup d’entraînement physique, mais je me sens bien. Mentalement, je suis prêt puisque j’ai baigné dans la compétition depuis tout jeune donc j’ai l’habitude de ce genre d’événement. C’est un sport que je ne connaissais pas avant d’avoir débuté l’entraînement le 9 mars dernier. J’étais très surpris d’ailleurs de la dépense d’énergie, je ne m’attendais pas du tout à ça. Je pensais avoir une bonne condition physique, j’en ai une pour des sports comme le football ou le tennis. C’est vrai que la boxe c’est très intense.

Dylan : Je me sens plus que prêt, ça fait maintenant 1 an que je recherche un adversaire. Ça faisait un bon moment que j’avais proposé à certains rappeurs, à certains influenceurs de partir au combat, sur un ring avec des règles. Pour moi, c’est 14 entraînements par semaine, matin et soir, tous les jours, du lundi au lundi. Après je sais que je vais chez lui à Marseille, ça va être compliqué mais je vais devoir le mettre KO du coup. Ça va être une grosse pression d’être là-bas. S’il venait chez moi au Luxembourg, je serais le king. On connaît les marseillais, ils sont chauds mais nous aussi on l’est. Il va devoir manger le tapis pour que je gagne.

Vous avez suivi un programme alimentaire spécial ?

Benjamin : Au début, j’en avais un assez stricte, quand je suis revenu de Dubaï. J’avais prévu ça mais je ne pensais pas que les entraînements étaient aussi intenses. J’avais demandé du coup un programme alimentaire pour un maintien de forme, un maintien de poids. Malheureusement, je brûle tellement de calories pendant les entraînements qu’au final je me suis mis à perdre du poids, à maigrir énormément. On m’a alors augmenté les rations, plus de protéines et j’ai donc maintenant une alimentation « prise de poids ».

Dylan : J’ai clairement un régime alimentaire avec un diététicien, un coach sportif, un ostéopathe même, j’ai tout ce qu’il faut. J’ai un préparateur qui me fait un repas tous les jours, en enlevant le sucres ainsi que les produits graisseux.

Benjamin Samat et Dylan Thiry prêts à en venir aux mains : "J'ai envie de le défoncer"
Benjamin Samat et Dylan Thiry @Instagram

L’amour du défi

C’est toi d’ailleurs qui a lancé ce challenge Dylan sur les réseaux sociaux, tu t’attendais à un retour ?

Dylan : Effectivement c’est moi qui ait lancé ce défi mais je ne m’attendais pas du tout à ce que quelqu’un réponde à cet événement. En plus, j’en ai lancé plusieurs des défis à plusieurs personnes différentes. Là c’est Benjamin Samat qui a répondu présent, j’étais d’ailleurs très ravi de l’avoir en face de moi. De toute façon il n’y a aucun adversaire que je redoute, tant qu’il a une notoriété et 1 million d’abonnés sur Instagram.

Quelle a été votre première motivation pour participer à ce combat ?

Benjamin : On m’a envoyé plusieurs fois la story de Dylan où justement il lance ce pic aux influenceurs pour l’affronter. Même s’il ne me visait pas moi forcément, j’ai répondu à ce challenge parce que j’adore ce genre de défis (rire). Quand j’étais jeune avec mon grand-père, on regardait beaucoup la boxe mais je ne l’avais jamais pratiqué donc c’est un sport pour lequel j’étais complètement amateur, novice. Je me suis dit : il faut que je relève ce nouveau challenge. En plus de ça, les gens ne me connaissent pas sous cet aspect-là. Je pars de zéro, j’ai une marge de progression énorme et constante. Tout ça me motive beaucoup, j’aime me fixer des objectifs.

Dylan : Le sport mais également l’adrénaline aussi. J’aime me donner des défis. C’est vrai que je fais beaucoup d’humanitaire, je pense beaucoup aux autres sauf que là, je voulais penser à moi. J’ai besoin de ressortir toute cette rage et j’ai besoin de me défouler sur quelque chose. Les sports de combat, il n’y a pas mieux pour ça.

Combat de Benjamin Samat et Dylan Thiry: ils dévoilent le prix du gagnant et répondent aux critiques
@Instagram

Le soutien des proches de Benjamin et Dylan

Comment Maddy réagit face à tout ça ?

Benjamin : Ça a été très compliqué pour elle au début. Elle m’a dit : « mais qu’est-ce que tu fais ? Pourquoi ? T’as pas besoin de ça, tu vas te prendre des coups dans la tête ». Au fur et à mesure du temps, elle voit que je m’entraîne dur, que je progresse et que je prends goût à ça. Elle est de plus en plus rassurée mais je sais qu’elle va beaucoup stressée le jour du combat. Elle sera bien évidemment présente le jour J. De toute façon, j’ai besoin d’elle à mes côtés même dans ce genre d’événement, il faut que je la sente près de moi.

Est ce qu’il y aura des candidats de télé-réalité pour vous soutenir le 6 avril ?

Benjamin : Il y a pas mal de Marseillais qui sont en ce moment en tournage mais qui auraient kiffé être là. Mon meilleur ami Flo va être présent, bien sûr, aussi mes amis et ma famille. Greg va faire le déplacement également, Paga il sera en tournage mais il m’a envoyé un message de soutien, Thibault et Jess ainsi que Stéph et Théo pareil. Maéva je ne sais pas si elle sera là ou sur Dubaï mais je l’ai de temps en temps par message et elle est derrière moi aussi.

Dylan : Bien sûr, il y aura plusieurs candidats pour me soutenir. Il y aura notamment Kellyn qui sera présente, Neverly également et Sao. Ils n’ont pas peur pour moi, je vais remporter le combat de toute façon, c’est sûr et certain.

Défendre de nobles causes

Qu’allez vous faire des revenus que vous allez générer ? Allez-vous les reverser à une association humanitaire ?

Benjamin : L’organisateur du gala va reverser tous les bénéfices à deux associations. Pour ma part, je suis un businessman, j’ai beaucoup d’entreprises et le moindre euro que je remporte je l’investis. Que ce soit dans l’immobilier ou dans mes affaires, j’ai 5-6 sociétés donc aujourd’hui, je gagne, j’investis tout de suite. Là l’argent que je vais remporter, il servira à aider à payer mes employés, à payer les loyers, les crédits que j’ai. Vu que je suis influenceur, les gens ne voient pas le côté businessman, alors que j’ai beaucoup de frais derrière avec mes sociétés. J’essaye d’assurer mes arrières parce qu’on ne sait pas combien de temps ça va durer d’être comme ça sous la lumière des projecteurs. Je veux mettre à l’abri ma famille, c’est très important pour moi et je pense que je m’en sors plutôt pas mal.

Dylan : Mes bénéfices quant à moi seront reversés à une association, à l’association « Pour nos enfants ». J’ai le combat le 6 avril et le 9 avril je pars en voyage humanitaire.

Il y a quelques jours justement, Fred des Anges de la télé-réalité t’as accusé Dylan de récupérer pour ton usage personnel, l’argent que tu avais récolté pour des associations humanitaires, quelle est ta réaction ?

Dylan : J’ai rien à prouver à personne. Moi je sais que du moment que j’ai une association qui est réglo, qui est basée en France et qui a une trésorière qui gère la cagnotte, je me délègue de ce travail. Elle est justement là pour ça, s’il y a 100 euros qui sortent parce que je vais dans une boutique Louis Vuitton, l’association elle ferme dans la seconde. Je ne prends pas la carte de l’association pour m’acheter une Mercedes avec. Elle est basée en France, il y a des lois, il y a des règles. Même si je sors 50 euros, il toque à ta porte directement.

Est-ce que vous pourriez faire d’autres combats avec d’autres influenceurs par la suite ?

Benjamin : Moi je suis ouvert à toute proposition, oui bien sûr, pourquoi pas. Tant que ça reste dans ma catégorie de poids. On va voir déjà comment ça va se passer, si ça se passe dans un bon état d’esprit ou alors si ça dégénère. Je pense qu’on va peut-être en inspirer plus d’un. Nous même on s’est inspirés des États-Unis avec Logan Paul / Jake Paul qui ont fait ça, ça a très bien marché. Aujourd’hui, ils sont à fond dans la boxe. Moi en tout cas, je prends énormément de plaisir à m’entraîner, à me dépenser. Tous les coups que je prends dans la tête à l’entraînement, ce sont tous les coups que je ne prendrais pas sur le ring.

Dylan : Oui tous les Youtubeurs, les rappeurs, les influenceurs qui ont une certaine notoriété, ils peuvent monter face à moi. Après ce n’est pas donné d’avoir des adversaires qui vont vouloir monter sur le ring. Si ce n’est pas en France, on ira en chercher aux États-Unis, pourquoi pas. Si les français ne veulent pas le faire j’irais en trouver ailleurs, en Allemagne aussi, tant que ce sont des influenceurs connus avec 1 million d’abonnés.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article : ,