Toul : Cinq employés de prison filmés en train de faire la fête avec des détenus

Toul : Cinq employés de prison filmés en train de faire la fête avec des détenus
L’Est Républicain a rapporté le 27 mars que cinq employés de prison avaient été filmés dans la prison de Toul en train de faire la fête avec des prisonniers. Ils risquent tous des sanctions.

C’était à coup sûr un moment convivial mais pour le moins non-professionnel. L’Est Républicain a rapporté dans ses pages que 5 employés de la prison de Toul avaient été filmés en train de prendre l’apéro avec des détenus. Parmi eux, quatre surveillants et une secrétaire administrative. Et pour les accompagner lors de cette petite fête improvisée, sept détenus, bien heureux d’être là pour une fois.

La sauterie aurait pu passer inaperçue si seulement un des détenus n’avait pas décidé de prendre des photos et des vidéos de cet événement inhabituel. C’est le 17 mars que des gardiens du centre pénitentiaire de Toul ont mis la main sur ce portable et ont fait cette découverte. Le propriétaire du portable a alors été placé en garde à vue directement.

Un geste de remerciement des gardiens

Lors de celle-ci, il a avoué que trois des gardiens avaient introduit les boissons alcoolisées et la nourriture qui les accompagnait. Un geste risqué de la part des gardiens mais qu’ils auraient effectué pour remercier les détenus les ayant aidés lors de l’inventaire de l’économat. Une bonne intention à la base donc mais qui risque de coûter cher.

Ces trois gardiens ont alors été convoqués à leur tour par la police de Toul. Ils ont reconnu avoir apporté l’alcool au sein des murs de la prison. Ils seront convoqués au début du mois de mai à la cité judiciaire de Nancy dans le cadre d’une procédure de plaider-coupable.

Une peine rallongée pour le détenu ayant filmé

Les deux employés pénitentiaires n’ayant pas fait entrer d’alcool mais ayant quand même participé à la fête ne sont pas poursuivis par la justice mais ils risquent tout de même d’être poursuivis par leur administration. Ils pourraient perdre leur travail.

Quant aux détenus ayant participé, le procureur a annoncé qu’il comptait faire des réquisitions afin de retirer leur crédit de réduction de peine. Le réalisateur des vidéos de l’événement a vu, lui, sa peine rallongée de trois mois ferme.

Plus sur le sujet