Etats-Unis : Un chirurgien jugé à distance sur Zoom opère un patient durant son procès

Etats-Unis : Un chirurgien jugé à distance sur Zoom opère un patient durant son procès
Un chirurgien californien jugé pour des infractions au Code de la route, a cru bon durant son procès à distance, de réaliser une opération le 25 février. Il a assuré au juge pouvoir répondre à ses questions tout en opérant mais ce dernier a préféré ajourner la séance. Le docteur risque des sanctions de la part de l'Ordre des médecins.

The Sacramento Bee a rapporté une sacrée histoire le 26 février. La veille, un chirurgien esthétique répondant au nom de Scott Green, était convoqué par la justice californienne. Et ce, afin de répondre d’infractions au Code de la route.

En raison du contexte sanitaire, le docteur Scott Green était jugé en appel vidéo par Zoom. Mais lorsqu’il est apparu à l’écran, il était vêtu d’une charlotte, d’une blouse médicale et de gants, comme lors d’une opération. Et il se trouve que c’est justement ce que le chirurgien était en train de faire.

Le chirurgien a assuré pouvoir opérer et parler au juge en même temps

Le juge, en s’apercevant de ce qui était en train de se passer, a questionné le bien-fondé de l’initiative du chirurgien :

Alors, à moins que je me méprenne, je vois un accusé qui est au milieu d’une salle d’opération, apparemment activement engagé à prodiguer des soins à un patient. Je ne suis pas très à l’aise vis-à-vis de la santé du patient si vous êtes en pleine opération alors même que j’essaie de mener à bien votre procès.

Le docteur Scott Green a alors déclaré :

Je suis avec un autre chirurgien juste ici qui est en train de faire la chirurgie avec moi. Donc je peux me tenir face à vous et en même temps leur permettre de réaliser l’opération.

Le docteur risque des sanctions de la part de l’ordre des médecins

« Pas du tout. Je ne crois pas. Je ne pense pas que ça soit approprié » lui a répondu le juge. Avant de décider de suspendre la séance et de proposer une nouvelle date au prévenu. Ce dernier a accepté.

Mais l’affaire n’en est pas restée là. Le 26 février, l’ordre des médecins de Californie a déclaré qu’il allait se pencher sur ce cas afin de voir s’il engageait ou non des poursuites à l’égard du docteur Scott Green. Et ce, pour ne pas avoir offert à son patient les « standards en matière de traitement et d’attention ».

Plus sur le sujet