Angleterre : Des perroquets retirés d’un zoo car ils insultaient les visiteurs

Angleterre : Des perroquets retirés d’un zoo car ils insultaient les visiteurs
Cinq perroquets ont dû être retirés temporairement d’un zoo au Royaume-Uni car ils s’étaient mis à insulter les visiteurs.

Des oiseaux qui n’ont pas leur langue dans leur poche. Cinq perroquets d’un parc animalier situé dans l’est de l’Angleterre ont dû être retirés de leur enclos avec accès au public. En effet, Eric, Tyson, Billy, Elsie et Jade, tous offerts par un propriétaire différent, s’étaient mis à insulter copieusement visiteurs et soigneurs.

Une mauvaise habitude sans doute héritée d’un seul d’entre eux, mais apprise par les autres au cours de la période de quarantaine qu’ils ont partagée ensemble avant d’être montrés au public.

Un retrait temporaire

Ils ont ainsi commencé par s’insulter les uns les autres, avant de tester leur talent auprès des visiteurs, se lançant mutuellement ‘casse-toi’. Le directeur général de l’établissement, Steve Nichols, a indiqué avoir demandé le retrait temporaire des oiseaux, par souci pour les enfants :

C’était devenu dingue, ils étaient tous en train de jurer. Nous étions un peu inquiets pour les enfants.

Steve Nichols a ainsi témoigné auprès de CNN, qui a recueilli son témoignage ce mardi 29 septembre 2020. Il a affirmé qu’il se faisait traiter de « gros c*nnard » à chaque fois qu’il passait à côté des perroquets. Une caractéristique qui n’était pas pour déplaire aux visiteurs, qui insultaient copieusement en retour les oiseaux grossiers. Le directeur général a ainsi déclaré des interactions humains-perroquets :

Les visiteurs leur donnaient autant qu’ils donnaient aux visiteurs.

Les perroquets séparés pour stopper les insultes

Ce n’est ainsi que la crainte liée aux jeunes visiteurs qui a fait retirer les oiseaux du parc animalier et a provoqué leur séparation. Les soigneurs espèrent ainsi que les perroquets reprendront leurs esprits et se comporteront plus civilement à l’avenir.

Les perroquets, fins connaisseurs d’insultes donnés par des particuliers, ne sont pourtant pas si exceptionnels que ça puisque Steve Nichols dit voir le cas se produire « trois à quatre fois par an ». Un chiffre voué à augmenter car la pandémie et le confinement ont fait s’accélérer les dons de particuliers aux zoos ou parcs animaliers.

Plus sur le sujet