Nicolas Anelka balance ses quatre vérités

×

L’ex-attaquant de l’équipe de France n’a jamais eu la langue dans sa poche et a toujours désiré dire ses quatre vérités à qui souhaitait l’entendre. Dans une interview qu’il vient de livrer au quotidien Metronews, Nicolas Anelka se lâche. Raymond Domenech, Manuel Valls, Dieudonné, sa quenelle, tout y passe. Un vrai délice pour les « puristes » de l’artiste.

Ni vu ni connu, l’enfant terrible du football français ne s’exprime pas si souvent que cela dans les médias. Mais, quand il décide de prendre la parole, c’est pour le faire le plus souvent avec fracas.

À quelques semaines de la coupe du monde au Brésil, le natif de Trappes a souhaité à sa manière remettre quelques points sur quelques « I ». Bien entendu, l’ex numéro 18 de l’attaque de la Juventus ne pouvait ne pas revenir sur l’une des affaires qui a le plus secoué le football Français lors de ses 10 dernières années. Ses mots qu’il a eu avec le sélectionneur en place à l’époque, Raymond Domenech à la mi-temps du match France/Mexique le 18 juin 2010.

Pour rappel, la Une du quotidien l’Équipe avait mentionné à l’époque que Nicolas Anelka avait dit dans le vestiaire à Raymond Domenech :

Va te faire enculer, sale fils de pute !

Interrogé sur ces dires, Nicolas Anelka explique :

Non je n’y repense pas du tout. Ce qui est arrivé devait arriver ! L’insulte dans le vestiaire ne sont pas les mots mentionnés à la une de L’Équipe. En Afrique du Sud, on savait très bien qu’on allait droit dans le mur. On a provoqué assez de réunions avec lui pour qu’il procède à des changements tactiques. Mais il n’en a fait qu’à sa tête et tout me monde a subi…J’ai insulté dans un vestiaire un coach que tout le peuple français insultait déjà, un coach qui n’a jamais rien gagné à part un titre de champion de D2 et le Tournoi de Toulon ! Il ne connaît pas la gagne. Je respecte l’homme, car je pense que c’est une bonne personne, mais je n’ai aucun respect pour l’entraîneur. Il n’est pas à la hauteur. Si je devais le refaire, je le referais, car il le méritait à ce moment-là ! Un coach qui demande le respect, mais qui est incapable de respecter le meilleur buteur de l’histoire du football français (Thierry Henry, ndlr) ne mérite aucun égard.

Puis, Nicolas Anelka a désiré revenir sur sa fameuse quenelle suite à son but faite pendant un match opposant son équipe de West Bromwich Albion à West Ham le 28 décembre 2013 :

Ma quenelle a été très mal interprétée. C’était une dédicace à mon ami Dieudonné qui est devenu un frère aujourd’hui ! Le tribunal m’a demandé s’il restait mon ami, j’ai répondu oui, évidemment. C’est un humoriste, pas un politicien. Il demeure pour moi le meilleur de France. Ils sont nombreux à le penser, mais, de peur de perdre le boulot ou autre, ils n’osent pas le dire. Pas évident de soutenir celui qui a été l’ennemi public numéro un ! À un moment, il faut arrêter d’être parano et de croire qu’on est tous en guerre ! Les personnes qui ont fait ces gros titres ne connaissent pas ma vie, ni mes fréquentations.

Enfin, sur l’interdiction qu’a exercé l’ancien ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, à l’encontre de Dieudonné, Nicolas explique que ce fait n’est peut-pas entièrement de sa faute :

Il n’est pas très méchant ! Je pense plutôt qu’il a été sous l’influence de sa femme Anne Gravoin, sur cette affaire de quenelle. J’espère qu’il mettra autant d’énergie à redresser le pays qu’il en a mis à combattre Dieudonné même si je ne crois pas dans les politiciens ! Beaucoup de paroles et très peu d’actes, sauf pour augmenter les impôts.

Alors, que pensez-vous des dires de l’enfant terrible du football Français ?

En vidéo, un petit rappel de l’affaire qui a opposé Anelka à Raymond Domenech.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :
Nicolas Anelka balance ses quatre vérités
View Gallery
3 Photos
Raymond Domenech
Nicolas Anelka balance ses quatre vérités
Raymond Domenech

Nicolas Anelka et sa fameuse quenelle
Nicolas Anelka balance ses quatre vérités
Nicolas Anelka et sa fameuse quenelle

Dieudonné et Anelka
Nicolas Anelka balance ses quatre vérités
Dieudonné et Anelka