Vitaa : pourquoi la chanteuse évite les réseaux sociaux

Vitaa : pourquoi la chanteuse évite les réseaux sociaux
À la différence de beaucoup d'artistes, Vitaa se fait plutôt discrète sur les réseaux sociaux. Et elle a une bonne raison pour ça.

Que le temps file pour Vitaa. Devenue célèbre grâce à sa collaboration avec Diam’s sur Confessions nocturnes en 2006, la chanteuse s’est depuis bâtie une carrière musicale de premier plan. Mais à l’heure où les stars sont forcées ou presque d’être sur les réseaux sociaux, Vitaa a fait le choix de limiter ses publications pour éviter les critiques.

Vitaa contre « la haine »

Avec leur titre Ça va, ça vient, Vitaa et Slimane sont devenus numéro 1 des ventes physiques et digitales, ouvrant la voie à l’album complet baptisé VersuS. Grâce à la sortie réussie de ces nouvelles chansons, le duo occupe une place de choix dans l’espace médiatique. Cela leur a notamment ouvert les portes de l’élection de Miss France. Ce samedi 14 décembre, ils faisaient ainsi partie du jury de l’élection de Miss France 2020.

Dimanche 15 décembre, les deux étaient aussi invités par Laurent Delahousse dans 20h30 le Dimanche sur France 2. Sur le plateau, Vitaa a été interrogée sur les réseaux sociaux et sa méthode pour faire face aux critiques. Or, la réponse de la chanteuse a été très particulière. C’est simple, elle ne lit plus les réseaux sociaux !

J’ai complètement arrêté de regarder les commentaires sur les sites les plus durs, comme Twitter. Je trouve que c’est un déversement de haine qui n’est pas forcément utile.

Bien sûr, elle reconnaît qu’il est impossible aujourd’hui de ne plus utiliser du tout Facebook, Twitter ou Instagram. C’est plutôt une question de contrôle.

C’est intéressant les réseaux sociaux, dans ce sens-là. Mais dans une certaine mesure il faut les limiter en fait. Il faut contrôler ce qu’on poste, ce qu’on lit. Et moi je ne suis pas du tout partisane de regarder tout ce qui s’écrit, et tout ce qui se lit, car il y a énormément de haine.

Voilà qui est clair.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :